Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loft Story, 20 ans après : "La téléréalité est devenue vulgaire", selon Steevy

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Il y a 20 ans, Steevy Boulay entrait dans le Loft Story, qui donnait le coup d'envoi à la téléréalité en France. Le Manceau considère aujourd'hui que c'est l'une des plus belles expériences de sa vie, "là où tout a commencé".

Le Manceau Steevy Boulay revient sur sa partipation au Loft Story. L'émission fête ses 20 ans
Le Manceau Steevy Boulay revient sur sa partipation au Loft Story. L'émission fête ses 20 ans © Radio France - Sonia Ghobri

Le Loft Story fête ses 20 ans ce lundi 26 avril. Cette émission de téléréalité a bouleversé les codes de la télévision en France. Des millions de téléspectateurs ont suivi le quotidien de ces confinés volontaires. "Onze célibataires coupés du monde, filmés dans un loft de 225 mètres carrés, 24h/24 par 26 caméras et 50 micros" pouvait-on entendre dans le générique. 

Quand j'étais gamin, on rêvait tous de faire de la télévision, de faire du cinéma, d'être connus, tout simplement. C'était le rêve le plus ultime et j'ai réussi.

Parmi eux, le Manceau Steevy Boulay. Il revient sur cette expérience : "20 ans, franchement, je n'ai pas vu le temps passer. J'ai encore des paillettes plein les yeux. C'est l'une des plus belles expériences de ma vie. C'est là où tout a commencé. Tout le monde nous disait que nous étions éphémères, que nous allions disparaître. Mais bon, ça fait quand même vingt ans et je suis toujours là". 

Steevy Boulay a parcouru du chemin depuis cet émission, le Sarthois a accompli son rêve : devenir comédien et homme de télévision et de radio. Il est chroniqueur dans l'émission Les Grosses Têtes animée par Laurent Ruquier et auprès de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste. "Quand j'étais gamin, on rêvait tous de faire de la télévision, de faire du cinéma, d'être connus, tout simplement. C'était le rêve le plus ultime et j'ai réussi", sourit-il.

Je n'aurais jamais imaginé faire la couverture des magazines.

Cette notoriété soudaine c'est justement ce qui l'a le plus marqué dans cette expérience. "J'ai pris un vrai coup de massue derrière la tête. Je vois tous ces gens de chaque côté, avec des t-shirts, des pancartes, des photos, avec des bourriquets [sa peluche dans l'émission], des hurlements, des pleurs. J'avais quatre gardes du corps autour de moi. A la coupure pub sur M6, on me fait un raccord maquillage pour rejoindre le plateau de Benjamin Castaldi et là une petite fille vient vers moi et me tend le Télé 7 jours "Génération Steevy". Ca m'a fait un choc. Je n'aurais jamais imaginé faire la couverture des magazines…"

Je ne sais pas si on peut comparer le confinement qu'on a vécu ces derniers temps avec le Loft en 2001.

Steevy Boulay est les autres candidats ont étrenné le confinement avant nous mais un confinement vraiment différent explique-t-il : "Je ne sais pas si on peut comparer le confinement qu'on a vécu ces derniers temps avec le Loft en 2001. Nous étions complètement confinés, et surtout nous n'étions pas chez nous, nous n'avions pas nos amis, nos repères. Rien. Nous étions obligés de nous adapter à un milieu en plus d'être confinés. Et quand vous perdez tous vos repères, vos sentiments sont décuplés. Par exemple,  je me rappelle que nous avions reçu un message de nos mamans, nous étions tous en larmes."

Nous avions la chance d'être les premiers. On ne jouait pas de rôle.

Depuis, la téléréalité a essaimé sur le petit écran mais Steevy porte un regard critique sur les programmes plus récents. "Nous avions la chance d'être les premiers. On ne jouait pas de rôle. La production ne nous a jamais rien demandé. Nos rares contacts avec l'extérieur avaient lieu dans le confessionnal où une journaliste nous demandait ce qu'on ressentait. Nous étions nous mêmes, sincères ; Il n'y avait pas de calcul pour faire le buzz. Et puis, il n'y avait pas les réseaux sociaux. Maintenant beaucoup de choses sont écrites. A partir du moment où vous avez des scénarii, ce n'est plus la réalité. Ce n'est pas instinctif. Franchement, je porte un regard un peu dur parce que je trouve que la téléréalité est devenue vulgaire. Les gens sont de plus en plus trash. Je suis un peu désappointé quand je regarde tout ça."

Mais si c'était à refaire, Steevy Boulay participerait à nouveau au Loft Story ou aux Anges de la téléréalité mais dans sa version originelle. Le Manceau a participé à la première saison mais il n'aime pas l'évolution du programme. En revanche, il apprécie d'autres émissions comme Koh Lanta. 

Steevy garde des contacts avec la plupart des candidats du Loft Story en 2001. Il échange encore avec Kenza, Delphine ou encore Julie et Christophe. "20 ans après le Loft, ils sont encore ensemble. Ils ont un garçon qui a 18 ans. Preuve, que l'on n'était pas en train de jouer un jeu". En revanche, il n'a plus de contact avec Loana. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess