Médias – People

Manifestation de salariés du Républicain Lorrain : 60 emplois menacés à Woippy

Par Clément Lacaton, France Bleu Lorraine Nord jeudi 28 septembre 2017 à 19:20

Philippe Carli, à la tête du pôle presse au Crédit Mutuel, face aux salariés du Républicain Lorrain, le 28 septembre 2017.
Philippe Carli, à la tête du pôle presse au Crédit Mutuel, face aux salariés du Républicain Lorrain, le 28 septembre 2017. © Radio France - Clément Lacaton

Une cinquantaine de salariés du Républicain Lorrain ont manifesté ce jeudi devant le siège du journal à Woippy. Ils redoutent un plan social dans les mois à venir, avec la fermeture de l'imprimerie historique et 60 suppressions de postes.

L'exemplaire du Républicain Lorrain que vous teniez peut-être entre les mains tout à l'heure est imprimé à Metz, plus précisément à Woippy sur les rotatives du quotidien régional. Pour faire des économies, le groupe Ebra (qui possède la plupart des titres de la façade Est de la France) aurait fait le choix de délocaliser et d'imprimer le journal à Houdemont près de Nancy, sur les mêmes rotatives que l'Est Républicain et Vosges Matin.

130 postes menacés dans l'Est

Manifestation de salariés du Républicain Lorrain, le 28 septembre 2017 à Woippy. - Radio France
Manifestation de salariés du Républicain Lorrain, le 28 septembre 2017 à Woippy. © Radio France - Clément Lacaton

Ebra, propriété du Crédit Mutuel, fait face à de grosses difficultés financières : les pertes se chiffrent à 55 millions d'euros en 2016, dont 31 millions pour les trois titres lorrains (le Républicain Lorrain, l'Est Républicain et Vosges Matin). 60 postes techniques pourraient donc être supprimés sous la forme d'un PSE (Plan de sauvegarde de l'emploi), ainsi que 70 en Alsace via la fusion des imprimeries des DNA et de L'Alsace.

On attend toujours des nouvelles mais ça traîne. Deux ans que ça dure et c'est très dur."

Manifestation de salariés du Républicain Lorrain, le 28 septembre 2017 à Woippy. - Radio France
Manifestation de salariés du Républicain Lorrain, le 28 septembre 2017 à Woippy. © Radio France - Clément Lacaton
Manifestation de salariés du Républicain Lorrain, le 28 septembre 2017 à Woippy. - Radio France
Manifestation de salariés du Républicain Lorrain, le 28 septembre 2017 à Woippy. © Radio France - Clément Lacaton

Quand la direction joue la montre, généralement ça n'est pas bon signe, surtout quand ça ressemble à un compte à rebours, redoute Patrice, du service expédition au Républicain Lorrain : "On attend toujours des nouvelles mais ça traîne. Deux ans que ça dure et c'est très dur." Il y a ceux qui préparent les piles de journaux et ceux qui les impriment. Marc travaille sur la rotative : "Les éditions seront transférées sur le site de Houdemont, parce qu'il y a eu une modernisation de leur outil d'impression et une baisse sensible des diffusions ces dernières années."

Face-à-face entre salariés et direction

Les manifestants ont pu rencontrer le patron en personne, Philippe Carli, à la tête du pôle presse au Crédit Mutuel. Et le ton monte avec Pascal Le Boulch, représentant de la Filpac CGT (Fédération des travailleurs des industries du livre, du papier et de la communication) : "Il y a des solutions, il faut investir, il faut moderniser, lance le syndicaliste. Il faut avoir un vrai projet industriel et après on discutera du projet social."

Le Crédit Mutuel accompagnera la transformation et le développement de ces titres."

"J'entends ce que vous dites, lui répond calmement Philippe Carli, mais à nouveau on a un vrai plan pour l'ensemble des titres. Le Crédit Mutuel accompagnera la transformation et le développement de ces titres. Mais bien entendu, comme n'importe quel actionnaire il attend aussi que l'ensemble de ses titres soient redressés."

"Techniquement, tout est prêt"

Avec la fermeture probable de l'imprimerie de Woippy, tous ces salariés craignent des problèmes de distribution du journal et une délocalisation des autres services, avec d'autres suppressions de postes, y compris chez les journalistes. Imprimer le Républicain Lorrain à Nancy, "ça peut se faire du jour au lendemain, assurent certains. Techniquement, tout est prêt."

REPORTAGE FRANCE BLEU LORRAINE/CLEMENT LACATON