Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : Charles Aznavour est mort

Mort de Charles Aznavour : il avait inauguré le Pin-Galant à Mérignac

lundi 1 octobre 2018 à 16:06 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Charles Aznavour est décédé à l'âge de 94 ans dans son domaine du sud de la France. Il s'était produit à plusieurs reprises en Gironde, et il avait inauguré le Pin-Galant à Mérignac en 1989. Jean-Paul Burle son directeur à l'époque se souvient.

Charles Aznavour avait inauguré le Pin-Galant à Mérignac en janvier 1989
Charles Aznavour avait inauguré le Pin-Galant à Mérignac en janvier 1989 © Maxppp - Laurent THEILLET

Mérignac, France

Charles Aznavour a chanté, pour la dernière fois en Gironde, sur la scène de Bordeaux Métropole Arena le 27 janvier 2018. Il s'était produit à plusieurs reprises sur les différentes scènes du département au cours de son immense carrière : à l'Alhambra de Bordeaux en 1958, à la patinoire Mériadeck en 1988 mais également 2001 et pour l'inauguration du Pin-Galant à Mérignac en janvier 1989. Souvenirs de son directeur de l'époque.

Pourquoi aviez-vous choisi Charles Aznavour pour inaugurer le Pin-Galant de Mérignac pour le concert d'inauguration ?

Il fallait une personnalité emblématique pour cette salle qui était novatrice à l'époque. C'était un grand moment. J'étais allé le chercher le matin même à l'aéroport. Il débarquait de Suisse. Le contact avait été très sympathique puisque j'avais déjà collaboré avec lui lors de mon précédent poste dans le Vaucluse. Je l'a amené à son hôtel et on s'est retrouvé pour les balances dans l'après-midi. Je me souviens qu'il avait été très intéressé quand je lui ai fait visiter la salle. Il trouvait ça passionnant, ces salles qui s'ouvraient un peu partout en France. Il était très content que de nouveaux lieux s'ouvrent pour conquérir de nouveaux publics.

La salle était pleine à craquer. Il y avait 200 à 300 invités et 1000 spectateurs payants. C'était un triomphe, prouvant qu'on ne s'était pas trompé en faisant ce choix. Et après le concert, il était venu discuter avec un peu tout le monde. C'était très émouvant.

Comment était-il en dehors de la scène ?

Chaleureux mais réservé. Ce n'est pas quelqu'un qui parlait énormément. Il fallait aller à la pêche aux infos un peu avec lui... Mais très sympathique.

Est-il vrai qu'il s'éclaircissait la voix avec du vin de Bordeaux avant de monter sur scène ?

C'est tout à fait vrai. Il nous avait demandé une bouteille. Peut-être bien du Cheval Blanc. Il n'avait pas vraiment d'exigence dans sa loge, à part cette bouteille de Bordeaux !

Comment expliquez-vous sa longévité ?

Il avait un très grand professionnalisme. Et c'est ce qui a payé sur la durée. Il a aussi su s'adapter à toutes les générations. Il restera comme l'une des grandes figures incontournables de la chanson française.