Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

Jacques Higelin est mort : retour sur la carrière d'un artiste inclassable

vendredi 6 avril 2018 à 11:42 - Mis à jour le vendredi 6 avril 2018 à 12:13 Par Jean-Luc Vabres, France Bleu

Drôle, émouvant, insaisissable, Jacques Higelin est mort à 77 ans, a annoncé sa famille ce vendredi. Sa carrière aux multiples facettes, mariant de superbes chansons à une conséquente carrière de comédien, font de cet artiste hors-norme, un artiste dès plus attachant.

© Getty -

Jacques Higelin est mort à 77 ans, a annoncé sa famille ce vendredi. Père de trois enfants artistes, le chanteur Arthur H, la chanteuse Izia Higelin, et le réalisateur Kên Higelin, il laisse derrière lui une vingtaine d'albums et quelques chansons inoubliables. Retour sur sa carrière.

Trenet comme idole, le cours Simon comme école

Très tôt durant son enfance, il voue une passion pour Charles Trenet. Il souhaite monter sur scène à l'image de son idole et en faire son métier. Tout le passionne, le chant comme la comédie, il a 16 ans lorsqu'il s'inscrit au fameux cours Simon à Paris pour devenir comédien. En 1959, sur le tournage du film "Le bonheur est pour demain", il fait la connaissance du guitariste Henri Crolla qui lui montre ses premiers accords et le pousse à chanter.

Irène Chavier et Jacques Higelin, film "Le bonheur est pour demain" - Getty
Irène Chavier et Jacques Higelin, film "Le bonheur est pour demain" © Getty -

À son retour du service militaire, il partage en 1963 l'affiche du film d'Yves Robert "Bébert et l'omnibus" et rencontre un an plus tard Jacques Canetti qui lui propose d'enregistrer des chansons de Boris Vian. Sa carrière de chanteur est définitivement lancée. Il multiplie alors les rencontres et collaborations avec Brigitte Fontaine, Georges Moustaki et Élisabeth Wiener.

Les années 70 sont nettement plus rock, à l'image de ses albums qui obtiennent les faveurs du public comme "BBH 75", mais aussi le 33 tours intitulé"Irradié" sur lequel on retrouve un jeune guitariste du nom de Louis Bertignac ou encore en 1976 son superbe disque intitulé "Alertez les bébés" qui se vend à plus de 100.000 exemplaires. 

De nombreux trésors

Il partage alors la scène de grands festivals et enchaîne toute une collection de tubes désormais des classiques comme "Champagne", Tête en l'air", "Tombé du ciel" ou encore le sublime "Pars".

Le cinéma ne l'a cependant pas oublié, il partage la vedette en 1973 aux côtés de Marthe Keller dans l'excellente comédie de Gérad Pirès intitulée "Elle court, elle court la banlieue", dans laquelle un certain Coluche fait également ses grands débuts à l'écran. Plus proche de nous en 2013, Jacques Higelin partage l'affiche avec Guillaume Canet dans le film réalisé par Christian Dugay, "Jappeloup". 

Annie Cordy, Marthe Keller et Jacques Higelin, "Elle court, elle court la banlieue" - Getty
Annie Cordy, Marthe Keller et Jacques Higelin, "Elle court, elle court la banlieue" © Getty -

Jacques Higelin nous laisse une conséquente discographie qui recèle de nombreux trésors, son approche musicale hors des sentiers battus alliée à une aura hors du commun, font de ce géant difficilement classable un artiste incontournable.