Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : La disparition de Johnny Hallyday

Mort de Johnny Hallyday : les Périgourdins pleurent l'idole des jeunes

mercredi 6 décembre 2017 à 13:09 Par Oanna Favennec et France Bleu Périgord, France Bleu Périgord

Après la mort de Johnny Hallyday dans la nuit de mardi à mercredi, l'émotion est vive dans le coeur de nombreux Périgourdins. Vous avez raconté à France Bleu Périgord ce que représentait l'idole des jeunes pour vous.

Johnny Halliday, embrassé par Sylvie Vartan (à gauche) et Françoise Hardy (à droite) en 1967.
Johnny Halliday, embrassé par Sylvie Vartan (à gauche) et Françoise Hardy (à droite) en 1967. © Maxppp - ZUMAPRESS

Bernard, viticulteur dans le Bergeracois, a le même âge que Johnny. Il a appris la mort de son idole en travaillant dans ses vignes ce mercredi matin, et assume qu'il aura du retard, aujourd'hui : "C'était ma jeunesse, mon Dieu, mon Président", confie-t-il à France Bleu Périgord. Il l'a vu de nombreuses fois, en Dordogne, "à Bergerac, place de la République, j'avais 20 ans. Après ça a été à Piquecailloux, après ça a été à Saussignac, il était venu dans un pré, ils avaient mis un chapiteau".

Jean-Marie George, lui aussi très ému, a fait partie du service d'ordre du chanteur en 1962, à ses débuts. Il parle de l'effervescence qui entourait la musique de Johnny : "C'était vraiment la libération. On était sous le joug des parents, et est apparu ce Johnny et toute l'équipe des copains. C'était les copains, c'était notre grand-frère."

Jean-François, patron d'un café-restaurant à Boulazac explique, lui, qu'il est devenu fan de Johnny sur le tard : "Adolescent, comme beaucoup, je ne l'aimais pas. Je croyais bêtement que le rock était mieux en anglais." "J'ai souvenir des karaokés avec des gens qui vivaient Johnny. C'est idiot, mais on peut-être ému", confesse-t-il.

Vos témoignages sur Facebook

Vous êtes très nombreux sur Facebook à nous avoir fait part de votre émotion. Comme Murielle, fan de toujours avec son mari. Elle n'arrive pas encore à parler de Johnny au passé : " C'est comme si une personne de notre famille partait", explique-t-elle. Marine, 18 ans explique que malgré son jeune âge, Johnny Halliday était son chanteur préféré. "Nous avons tous du Johnny en nous", résume Stéphanie.

Retrouvez tous les témoignages ci-dessous.