Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : La disparition de Johnny Hallyday

Mort de Johnny Hallyday : "Mon fils s'appelle David, ma fille Laura", explique un fan béarnais effondré

mercredi 6 décembre 2017 à 18:50 Par Oanna Favennec, France Bleu Béarn

"C'est un peu comme perdre quelqu'un de la famille", explique Christian, après la mort de Johnny Halliday ce mercredi. Cet habitant de la plaine de Nay explique à France Bleu Béarn l'importance qu'avait cette légende de la chanson dans sa vie.

Johnny Halliday en concert à Pau en 2003.
Johnny Halliday en concert à Pau en 2003. © Maxppp - MaxPPP

"Je suis fan de Johnny depuis que j'ai 12 ans", situe Christian, d'Asson, dans la plaine de Nay. Qu'a-t-il vu en Johnny ? "L'homme, son charisme, son personnage." Johnny fait parti intégrante de la vie de Christian. "Mon fils s'appelle David, ma fille Laura. Mon fils est né le même jour que Johnny, le 15 juin. Au départ je voulais l'appeler Johnny, mais ça le faisait pas trop."

"Monter à Paris" pour les obsèques

Même s'il sait qu'il ne verra rien, Christian tient à "monter à Paris" pour les obsèques, "pour être là, pour l'accompagner", lui qui est allé le voir chanter dans une quarantaine d'endroits.

Fan ultime, Christian a une pièce chez lui consacrée à son idole. "J'ai plein d'objets de lui. J'ai la bouteille que j'ai bue dans son bar. Quand il est venu à Pau, j'ai sa bouteille de vodka, sa serviette quand il l'avait lancée à Pau au public..."