Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : La disparition de Johnny Hallyday

Pour l'ex-directeur du Printemps de Bourges, "Johnny, c’était quelqu’un qui avait ce pouvoir de magnétiser les foules"

mercredi 6 décembre 2017 à 18:55 Par France Bleu Berry, France Bleu Berry et France Bleu

Daniel Colling est le co-fondateur du Printemps de Bourges qu'il a dirigé de 1977 à 2014. Aujourd'hui directeur du Zénith de Toulouse, il se souvient de la venue de Johnny pour le festival berrichon en 1985 et plus particulièrement des deux concerts donnés avec Eddy Mitchell.

Johnny Hallyday et Eddy Mitchell sur la scène du Printemps de Bourges le 1er avril 1985.
Johnny Hallyday et Eddy Mitchell sur la scène du Printemps de Bourges le 1er avril 1985. © AFP - Frank Perry

Bourges, France

Alors que Johnny est décédé ce mercredi matin et que la France entière rend hommage à son rockeur préféré, Daniel Colling, le co-fondateur du Printemps de Bourges témoigne sur France Bleu Berry de ses souvenirs avec le chanteur. Aujourd'hui directeur du Zénith de Toulouse, Daniel Colling a dirigé le festival des débuts en 1977 jusqu'en 2014, et pour lui Johnny, c'est un peu l'histoire d'une vie : "Johnny a déjà été mon chanteur quand j’étais adolescent, en 1959/60, j’avais 16 ans et c’était déjà mon chanteur, qui lui-même était aussi très jeune, nous sommes de la même génération, il était le chanteur des années 60, du baby-boom, d’un public qui en l’a pas quitté d’ailleurs et il a accompagné plusieurs générations, jusqu’à avant-hier soir quoi ! C’était pour moi peut-être l’un des personnages les plus populaires de France, et qui les a accompagné avec de la musique, avec des chansons d’une manière exceptionnelle pendant 50 ans, 60 ans".

En 1985, Johnny et Eddy Mitchell ont fait deux fois 10.000 spectateurs

C'est Daniel Colling qui avait avait fait venir Johnny Hallyday à Bourges pour deux soirées de concert avec Eddy Mitchell, il raconte : "on venait d’installer une nouvelle structure (...) Johnny était passé au Zénith que je dirigeais quelques mois avant et donc j’ai pu m’entretenir avec lui et l’inviter au Printemps de Bourges. Ils sont passés deux soirées, en co-récital comme on dit, c’est-à-dire Eddy Mitchell et Johnny, qui ont évidemment terminé ensemble avec deux, trois chansons (…) et ils ont enregistré deux fois 10.000 spectateurs. C’était la période en 85 où le Printemps commençait à s’ouvrir à des artistes existants, de notoriété et populaires".

Dans le cas de Johnny Hallyday, il y avait un rapport affectif extrêmement fort" - Daniel Colling

Dans le milieu du spectacle tout au long de sa carrière, Daniel Colling a croisé de nombreux artistes, et ce qu'il retiendra de Johnny, c'est son énergie en concert, "c’était quelqu’un qui avait ce plus justement, qui peut magnétiser, il était beau sur scène, il dégageait beaucoup, il avait un sens de la scène assez unique dès le départ. Et comment vous dire, ce côté exceptionnel en a fait un être un peu exceptionnel, c’était l’idole des jeunes et les gens ont besoin de ça. Vous savez moi je travaille dans ce métier et la relation aux artistes c’est quelque chose de très irrationnel". Daniel Colling qui ajoute, "c’est très difficile à décrire, et dans le cas de Johnny Hallyday, il avait un rapport affectif extrêmement fort avec carrément toute une population" raconte Daniel Colling.

Dès qu’il montait sur scène, il était quelqu’un d’autre" - Daniel Colling

Pour Daniel Colling, Johnny restera une personnalité hors du commun, un homme à la fois simple et extrêmement impressionnant sur scène, "j’ai une vision un peu comme le grand public, tout en étant professionnel je le regardais sur scène bien sûr, mais j’ai eu des relations personnelles avec lui, j’ai fait des dîners, etc… C’est pas une anecdote, mais de vous dire qu’il y avait, surtout ces dernières années, une espèce de transformation du personnage entre le moment où il arrivait dans une salle de spectacle, il descendait dans sa loge et là il se maquillait, dès qu’il montait sur scène, il était quelqu’un d’autre. C’est pas anecdotique, c’était une des caractéristique absolument incroyables de l’individu, qui avait ce pouvoir de magnétiser les foules".

Johnny au Printemps de Bourges 1985 aux côtés de son producteur de l'époque Jean-Claude Camus.  - AFP
Johnny au Printemps de Bourges 1985 aux côtés de son producteur de l'époque Jean-Claude Camus. © AFP - Frank Perry

Un hommage à Johnny pour l'édition 2018 ?

Alors que le Printemps de Bourges 2018 se prépare, on peut penser qu'il réservera une place particulière au rockeur préféré des Français comme l'explique Boris Vedel, le directeur du festival : "ça me semble assez improbable qu’on ne fasse pas un clin d’œil à Johnny. Le Printemps fait toujours des hommages chaque année, soit à des disparus, soit à des artistes sur des répertoires ; les créations du Printemps. La création du Printemps cette année sera dédiée à Léonard Cohen, on peut imaginer qu’il y ait quelque chose pour Johnny naturellement. Aujourd’hui je ne peux pas dire quoi mais c’est pas l’envie qui manque". Rendez-vous donc à Bourges entre le 24 et le 29 avril pour connaître l'hommage du festival à Johnny Hallyday.