Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de Marcel Azzola, la légende de l'accordéon qui a accompagné notamment Jacques Brel

-
Par , France Bleu

Marcel Azzola est mort ce lundi à l’âge de 91 ans. Celui que l'on surnommait "Monsieur accordéon" a joué avec les plus grands : Jacques Brel, Edith Piaf ou encore Barbara.

L'accordéoniste Marcel Azzola se produit le 01 janvier 2004, lors du traditionnel concert du Nouvel An dans la salle Favart à Paris.
L'accordéoniste Marcel Azzola se produit le 01 janvier 2004, lors du traditionnel concert du Nouvel An dans la salle Favart à Paris. © AFP - JACQUES DEMARTHON

Avec la mort de Marcel Azzola, à l'âge de 91 ans, disparaît un très grand "Monsieur" de l'accordéon, qui a donné en France un souffle nouveau à l'instrument. "Son coeur a laché" lundi matin, chez lui à Villennes-sur-Seine dans les Yvelines, a annoncé à l'AFP Lina Bossati, sa compagne de scène puis de cœur.

"Chauffe, Marcel chauffe!"

Nombreux sont ceux qui connaissent sans le savoir ce génie de l'accordéon grâce aux musiques de films de Jacques Tati et à la chanson "Vesoul" de Jacques Brel. Marcel Azzola est entré de plain pied dans la légende avec son chorus d'accordéon époustouflant sur ce titre, en 1968, et le fameux "Chauffe Marcel, Chauffe !" que lui avait alors lancé, survolté, Jacques Brel pendant l'enregistrement. Né le 10 juillet 1927 dans le XXe arrondissement de Paris, de parents immigrés italiens installés à Pantin, le petit "Marcello" a été sensibilisé très tôt à la musique.

Marcel Azzola a accompagné les plus grands : Barbara, Bécaud ou encore Edith Piaf 

Après le violon, son père, maçon et musicien amateur, l'oriente vers l'accordéon. Sa carrière est lancée dans les années 40. Sa culture classique, son habileté à déchiffrer, ont fait de lui dès la fin des années 40 un accordéoniste de studio très demandé. En 1949, il participe à l'enregistrement de "Sous le Ciel de Paris" d'Edith Piaf.  Puis vinrent Gilbert Bécaud, Barbara, Boris Vian, Mouloudji, Juliette Gréco, Francis Lemarque, Yves Montand, entre autres...

Sa technique lui a aussi permis de se glisser avec aisance dans le monde du jazz, aux côtés de Stéphane Grappelli, Dany Doriz ou Toot Thielemans, et d'être un acteur du rapprochement entre jazz et musette dans les années 80.

Statufié au Musée Grévin de 1969 à 1981, proposé pour la Légion d'Honneur qu'il avait refusée, Marcel Azzola souffrait depuis très longtemps de la Maladie de Dupuytren à la main droite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess