Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias - People
Dossier : Mort de Raymond Poulidor

Mort de Raymond Poulidor : "C’était un monument" dit son ami hyérois Lucien Aimar

-
Par , France Bleu Provence

Le Hyérois Lucien Aimar, vainqueur du Tour de France 1966, réagit après la mort de son ami Raymond Poulidor à l’âge de 83 ans : "C’était un monument. On dit de lui que c'était un éternel deuxième, mais n'oublions pas son palmarès exceptionnel !"

Au centre : Raymond Poulidor et son ami Lucien Aimar lors de la présentation du Tour Méditerranéen 2009
Au centre : Raymond Poulidor et son ami Lucien Aimar lors de la présentation du Tour Méditerranéen 2009 © Maxppp -

Hyères, France

Après la mort ce mercredi 13 novembre de Raymond Poulidor à l’âge de 83 ans, les réactions se succèdent. Le Hyérois Lucien Aimar, vainqueur du Tour de France 1966 avec deux minutes d'avance sur "Poupou", troisième de cette édition, a couru toute sa carrière dans le même peloton que Raymond Poulidor : "Quand je suis devenu coureur professionnel en 1965, il était déjà là… et quand j’ai arrêté ma carrière en 1974, lui a continué encore quelques années" explique le Varois, "très ému par cette  triste nouvelle"

Les deux retraités du cyclisme français continuaient de se voir régulièrement sur des courses ou lors de séances de dédicaces. Ils ont également travaillé ensemble jusqu’en 2012 sur le Tour méditerranéen : Lucien Aimar en était l’organisateur et Raymond Poulidor le directeur de courses.

"Les gens lui tapaient sur l'épaule comme si c'était un copain de toujours."

"Raymond était un monument. Tous les Français l’aimaient. Ils se reconnaissaient dans sa façon d’être, dans sa façon de vivre. Il était simple et accessible. Par exemple, quand on se retrouvait lui, Jacques Anquetil et moi dans une réunion, les gens hésitaient à s’approcher de Jacques ou de moi… mais allaient taper sur l’épaule de Raymond comme si c’était un copain de toujours. Le public n’avait aucune retenue avec lui, c’était de la sympathie directe" se souvient le Hyérois.

"Il a remporté de très belles épreuves."

Si Raymond Poulidor était "l’éternel deuxième" du peloton, son ami Lucien Aimar veut aujourd’hui rendre hommage à "l’énorme palmarès" du Limousin. Raymond Poulidor a en effet remporté 189 courses entre 1959 et 1977 : "Il a gagné le Tour d’Espagne, le Paris-Nice, le Dauphiné… c’est quand-même de très belles épreuves ! Une chose lui a manqué je pense : c’est de porter au moins une fois le maillot jaune. Il ne me l’a jamais dit, c’est vraiment un sentiment personnel, mais je suis sûr que ça lui a manqué."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu