Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réforme de l'audiovisuel : une structure va chapeauter Radio France, France Télévisions, l'INA et France Médias Monde

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Une superstructure, nommée France Médias, va chapeauter Radio France, France Télévisions, l'INA et France Médias Monde (qui regroupe la radio RFI et France 24) révèle franceinfo ce mardi soir. C'est l'une des principales mesures de la réforme de l'audiovisuel, promise par le gouvernement.

Le ministre de la Culture Franck Riester, qui a en charge l'audiovisuel public.
Le ministre de la Culture Franck Riester, qui a en charge l'audiovisuel public. © AFP - Ludovic Marin

Une holding, une superstructure placée au-dessus de l'ensemble des entreprises, va chapeauter Radio France, France Télévisions, l'INA et France Médias Monde (qui regroupe la radio RFI et France 24), a révélé franceinfo mardi soir. Une mesure confirmée par le ministre de la Culture, Franck Riester, mercredi matin. Arte et TV5 Monde ne feront pas partie de cette holding, en raison de leurs statuts particuliers de coopération internationale. La réforme de l'audiovisuel avait été promise par Emmanuel Macron dès le début de son quinquennat.

Les dirigeants de l'audiovisuel public ne seront plus nommés par le CSA mais par leur conseil d’administration 

Cette holding, baptisée France Médias, devra définir les orientations stratégiques et répartir le budget entre chacune des sociétés de l'audiovisuel public, selon plusieurs syndicats. "Les décisions sur les contenus, les décisions sur les informations resteront dans les entreprises", a assuré Franck Riester, ministre de la Culture, ce mercredi. Les actuels patrons de l'audiovisuel public vont devenir des directeurs généraux, sous la houlette du ou de la PDG de la superstructure nommé par le conseil d'administration créé pour l'occasion. L'ensemble des dirigeants de ces entreprises seront nommés par leurs conseils d'administration, et non plus par le CSA.

Une exception concernera France Télévisions, car le mandat de Delphine Ernotte, sa dirigeante, se termine en août prochain et à cette date, la loi ne sera pas encore promulguée. Le prochain dirigeant du groupe sera  donc désigné par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, mais uniquement pour quelques mois, le temps que la réforme entre en vigueur.

Des publicités ciblées à la télé et une troisième coupure pub pendant les films 

Les autres mesures de cette réforme étaient déjà connues : il y aura davantage de publicité ciblées à la télévision. Une troisième coupure pub sera autorisée pour les films et téléfilms qui dépassent 1h30 sur les chaînes privées. Les chaînes pourront aussi diffuser les films n'importe quel jour de la semaine. 

Les plateformes de streaming en ligne, comme Netflix ou Amazon, devront également financer la production française à hauteur d'au moins 16% de leur chiffre d'affaires en France.

-
Choix de la station

À venir dansDanssecondess