Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People
Dossier : France Bleu Montagne

Rescapée de l'Himalaya, l'alpiniste drômoise Elisabeth Revol témoigne: "c'est mon mari le héros de l'histoire"

Un an et demi après le drame qui s'est noué sur l'Himalaya, lorsqu'elle a perdu "Tomek" son compagnon d'aventure, Elisabeth Revol, sort de son silence. Elle vient de publier un livre "Vivre" dans lequel elle raconte "sa tragédie". Elle s'y explique et rend hommage à ceux qu'elle aime.

L'alpiniste Elisabeth Revol dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche à l'occasion de la sortie de son livre, "Vivre" publié chez Arthaud.
L'alpiniste Elisabeth Revol dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche à l'occasion de la sortie de son livre, "Vivre" publié chez Arthaud. © Radio France - Jean-Christophe Rampal

Valence, France

Réécoutez l'entretien d'Élisabeth Revol, dans "Le grand invité de France Bleu Drôme Ardèche" ce vendredi 8 novembre.

Élisabeth Revol répond à Christophe Bernard.

Réécoutez l'interview d'Elisabeth Revol

Il y a un an et demi, Elisabeth Revol survivait de justesse à la "montagne tueuse", le Nanga Parbat, dans l'Himalaya. Après un sauvetage épique et quasiment miraculeux, l'alpiniste drômoise avait été retrouvée in-extremis, en plein blizzard, à plus de 6.000 mètres d'altitude, dans un état déjà préoccupant. 

Son compagnon d'aventure, "Tomek" Mackiewicz y laissera sa vie. Atteint de cécité des neiges, crachant du sang, l’himalayiste polonais a été incapable de redescendre du deuxième sommet le plus haut du monde. Elisabeth Revol, croyant un secours possible pour son compagnon, s'était alors résolue à l'abandonner à près de 7000 mètres d'altitude et à continuer sa descente pour tenter de retrouver et guider les secours. Elle ne le reverra jamais.

Et son mari, dans l'ombre...

De ce drame et de ce traumatisme profond, Elisabeth Revol a fait un livre, "Vivre", tout juste publié aux éditions Arthaud. Un livre dans lequel elle raconte "sa" vérité sur le Nanga Parbat, mais aussi son quotidien, sa reconstruction, ses proches et son mari, Jean-Christophe Revol. 

Invitée du grand entretien de France Bleu Drôme Ardèche, ce vendredi, la jeune femme a tenu à lui rendre hommage. Très discret, ce Drômois, lui aussi passionné de montagne, est antiquaire à Saoû. S'il ne grimpe pas l'Everest avec elle, il l'accompagne souvent quand elle est en France. Présent, dans l'ombre, en veille. 

Dans sa manière de la regarder, on le sent très protecteur, presque fragile aussi. Car il en faut de l'amour et de l'abnégation pour laisser partir la personne que l'on aime sur des sommets de plus de 8000 mètres d'altitude, en hiver et si possible sans oxygène... Car vous l'aurez compris, Elisabeth Revol n'aime pas la facilité.

L'alpiniste Elisabeth Revol dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche à l'occasion de la sortie de son livre, "Vivre" publié chez Athaud. - Radio France
L'alpiniste Elisabeth Revol dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche à l'occasion de la sortie de son livre, "Vivre" publié chez Athaud. © Radio France - Jean-Christophe Rampal

"Ce n'est pas simple de partager ma vie, il est magnifique pour ça"

D'ailleurs, quand on demande à la jeune femme si c'est difficile de partager sa vie, elle répond du tac-au-tac "mon mari, c'est le héros de cette histoire. Complètement. Cette année, il m'a laissé repartir sur l'Everest, c'est exceptionnel ! Il est magnifique pour ça" reconnaît-elle. Car, malgré le terrible drame du Nanga Parbat, l'alpiniste drômoise est déjà repartie à l’assaut des sommets du toit du monde : en un an et demi, elle a gravi trois sommets de plus de 8.000 mètres : l'Everest, le Lhotse et le Manaslu ! Un exploit.

"Maintenant je vais à l'essentiel et c'est pour ça que je suis allée sur l'Everest cette année" raconte-t-elle. "C'est l'Everest qui m'a tenue, malgré les gouffres noirs du désespoir dans lesquels j'ai si souvent sombré" écrit Elisabeth Revol dans son livre. Pour guérir, renaître, "il fallait repartir assez vite, ce projet m'a tenu" continue-t-elle, poussée, soutenue par Jean-Christophe, son mari.

Pourtant, "ça n'est pas simple" [pour lui NDLR] concède Elisabeth Revol. Sa passion dévorante de la haute montagne, de l'aventure, "la vraie" dit-elle et de l'exploit sportif la poussent parfois à s'absenter plusieurs mois dans l'année. 

Un lien quotidien, même à 8000 mètres d'altitude

La tragédie du Nanga Parbat, Jean-Christophe Revol l'a d'ailleurs vécue, ici, dans la Drôme, seulement relié à sa femme par un petit trackeur GPS pouvant envoyer de courts messages. "J'ai pensé à lui, je l'ai imaginé sur la montagne" [du Nanga Parbat NDLR] raconte Elisabeth Revol, "j’essayais de le rassurer au maximum, à toujours envoyer des messages, qu'il sache ce qui se passait dans la montagne". "Impensable" pour elle, comme le faisait "Tomek" Mackiewicz, son regretté compagnon, de ne pas donner de nouvelles à ses proches.

"Jean-Christophe, il est dans le souci, dans l'incertitude de la situation. Il attend des nouvelles donc quand je suis dans la montagne, je lui en donne, que ce soit le matin, le soir. On a des échéances et je respecte ses échéances" explique avec pudeur celle dont le palmarès ferait pâlir n'importe quel montagnard aguerri. Première femme au monde à enchaîner, en seize jours, trois sommets de 8.000 mètres, sans porteur et sans oxygène, (c'était en 2008), Elisabeth Revol compte bien, dans le futur, continuer ces exploits en haute-altitude. 

"La montagne, c'est toute ma vie, c'est ce qui m'a construit. [...] C'est la plus belle école de ma vie donc me passer de montagne ? Non !! Je ne peux pas me passer de montagne" clame ce petit bout de femme, petite par la taille mais qui force le respect. Quand à savoir ce que son mari pense de tout ça, personne ne le saura. Pas un mot, pas une photo. Juste un sourire, esquissé, au moment de s'éclipser.

L'alpiniste Elisabeth Revol dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche à l'occasion de la sortie de son livre, "Vivre" publié chez Athaud. - Radio France
L'alpiniste Elisabeth Revol dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche à l'occasion de la sortie de son livre, "Vivre" publié chez Athaud. © Radio France - Jean-Christophe Rampal
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu