Médias – People

Le guitariste bordelais Thibault Cauvin veut "raconter les villes du monde qui le touchent : Tokyo, Rio, le Cap-Ferret"

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde vendredi 13 octobre 2017 à 11:13

Thibault Cauvin dans les studios France Bleu Gironde
Thibault Cauvin dans les studios France Bleu Gironde © Radio France - Aurélie Bambuck

Le guitariste classique prodige bordelais Thibault Cauvin se produit ce vendredi soir à Lormont en solidarité avec les sinistrés des ouragans aux Antilles le mois dernier, entre deux dates de sa tournée "Magic Tour". Il prépare également un nouvel album pour le mois de mars inspiré de ses voyages.

C'est une star mondiale un peu moins reconnu en France. Le guitariste bordelais Thibault Cauvin était de passage dans le studio de France Bleu Gironde ce vendredi matin à quelques heures du concert caritatif qu'il donnera à Lormont au pôle culturel du Bois Fleuri en solidarité avec les populations sinistrées de Guadeloupe après le passage de l'Ouragan Maria le mois dernier.

Petit prodige guidé par un père plutôt rockeur

Thibault Cauvin, 33 ans, est né avec une guitare dans les mains, celle que son père lui a tendue à l'âge de cinq ans, lui-même musicien, plutôt rockeur. Après le Conservatoire de Bordeaux et de Paris, il participe et obtient 36 Prix internationaux, dont 13 Premiers prix à seulement 20 ans. C'est à l'occasion d'un concours qu'il découvre, adolescent, les Antilles. Thibault Cauvin en a gardé un lien affectif particulier.

Globe-trotteur musical

Thibault Cauvin donnera ce vendredi un récital inspiré de ses voyages à travers différentes villes du monde. Il est bavard et s'adresse beaucoup au public durant ses concerts "pour expliquer et guider, et pour essayer que chaque concert soit unique". Il nous a joué un extrait de Léo Brouwer compositeur de Cuba :

Le "Magic Tour" entre Tour Eiffel, cité interdite à Tokyo et palais de la paix à la Haye

Star mondiale mais moins connu chez lui, il explique avoir "préféré aller jouer à New-York ou Hong-Kong plutôt qu'à Toulouse et Lille, après avoir remporté des prix un peu partout". Son prochain album, le onzième, est annoncé en mars. Après Vivaldi pour le précédent sorti il y a un an, ce sera une nouvelle invitation au voyage.

Il a enregistré dans le mythique château d'Hérouville (qui a accueilli David Bowie ou Pink Floyd dans les années 70). Il va associer 12 villes et jouer avec 12 personnalités associées à un de ces lieux comme Mathieu Chedid pour le Cap-Ferret. En attendant, il poursuit sa tournée "Magic Tour" (que des lieux symboliques et fabuleux) entamée au pied de la Tour Eiffel en janvier et qui l'amènera dans quinze jours en Chine face aux statues de pierre des soldats de Xian.

Très attaché à Bordeaux

Thibault Cauvin a toujours gardé des liens avec Bordeaux même s'il passe son temps entre deux avions, deux hôtels et deux concerts. Son luthier est Bordelais. C'est Jean-Luc Joie qui a imaginé et fabriqué sa guitare classique amplifiée.

Pas le temps cette fois-ci, pour Thibault Cauvin pour filer sur le littoral atlantique et s'adonner à sa deuxième passion, le surf, à Lacanau. La tournée reprend. Il compte déjà 1000 concerts donnés dans 130 pays différents. Mais il rêve encore."Le monde est grand, et j'aimerais aller en Colombie et en Egypte".