Médias – People

Un Toulousain se souvient de son copain de collège, Daniel Balavoine : "C’était un garçon plutôt effacé"

Par Stéphanie Mora, France Bleu Toulouse jeudi 14 janvier 2016 à 6:22

Hommage sur France Bleu Poitou à Daniel Balavoine
Hommage sur France Bleu Poitou à Daniel Balavoine © Radio France - RF

Ce jeudi 14 janvier cela fait 30 ans que Daniel Balavoine a disparu dans un accident d'hélicoptère sur le rallye Paris-Dakar. Un Toulousain en garde un souvenir particulier. Thierry Brick, un des fondateurs de la chorale les Mâles au Choeur, était en classe avec "le Chanteur".

"A l'époque, sa voix n'avait rien de spécial"

C'était à Dax dans les années 60, Thierry Brick et Daniel Balavoine sont dans un collège catholique où la chorale tient une grande place. Les deux adolescents sont repérés par le Chanoine et les voilà ensemble toutes les semaines pour répéter et chanter à la messe. Thierry Brick avoue qu'il a peu de souvenir en commun avec celui qui explosera au moment de Starmania. Il se souvient d’un garçon "effacé" : "au risque de décevoir les fans, à l’époque sa voix n’avait rien de spécial mais quand il a commencé à devenir célèbre on a retrouvé des remarques qui faisaient référence à sa scolarité. Quand il parle des copains de l’école [Dans "le Chanteur", ndlr], c’est vrai que quand un garçon avait une voix aiguë, ce n’était pas apprécié et on le traitait de pédé, c’était les années 60-70, il faut se replacer dans le contexte". 

Thierry Brick se souvient aussi que Daniel Balavoine, pensionnaire du collège ne rentrait pas chez lui tous les week-ends. Le dimanche, depuis sa fenêtre, il voyait donc souvent passer le futur chanteur avec les autres élèves restés au collège. Ils allaient voir jouer l’équipe de rugby de Dax c'était la sortie du dimanche.

Thierry Brick de la chorale des Mâles au Choeur a été en classe avec D.Balavoine - Aucun(e)
Thierry Brick de la chorale des Mâles au Choeur a été en classe avec D.Balavoine - Thierry Brick

Lorsque Balavoine commence à percer Thierry Bricq et les anciens du collège ont la même réaction : "On s’est dit : tiens c’est un copain du collège qui se met à chanter ! On le connait. Quand il a émergé on a compris que c’était quelqu’un du collège qui était un révolté. Il était là, il exprimait son talent avec une voix singulière". Et naturellement Thierry Bricq suit sa carrière :

 "J’étais fan de ces textes, des postures qu’il avait. J’ai beaucoup aimé sa façon d’exprimer avec franchise ce qu’il pensait. Il n’avait pas langue de bois. Le chant c’est l’expression de l’âme, Daniel était capable d’exprimer ses émotions"

Le Toulousain a évidemment été marqué par la mort du chanteur : "On s’est perdu de vue, on n’était pas amis mais quand j’ai arrêté ma première carrière professionnelle de pilote d’hélicoptère, c’est le moment où lui s’est tué dans un accident d’hélicoptère. Ca m’a fait beaucoup de peine. Nos destinées se sont croisées".

Les souvenirs du toulousain Thierry Bricq au collège avec Daniel Balavoine

L'Aziza, la chanson qui le résume le mieux

Aujourd’hui Thierry Brick a 62 ans. Il est consultant en management de ressources humaines à Toulouse et pour lui la chanson qui résume le mieux Daniel Balavoine c’est "L’Aziza" : "c’était sa façon de faire un lien entre son activité artistique et son engagement bénévole pour l’Afrique et cette générosité qu’il a mis en route reflétait bien le personnage". Même s’il est ténor dans le groupe de chant polyphonique toulousain les Mâles au chœur, Thierry n’a pas voulu chanter du Balavoine au micro de France Bleu Toulouse : "Je n'ai pas sa tessiture, laissons aux fans de Daniel les images positives qu’ils peuvent en avoir !"