Médias – People

VIDÉOS - "C'est de la merde !" : les célèbres coups de gueule de Jean-Pierre Coffe

Par Marina Cabiten, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu mercredi 30 mars 2016 à 7:45

Jean-Pierre Coffe dans Vivement dimanche en 2010
Jean-Pierre Coffe dans Vivement dimanche en 2010 © Maxppp - Frédéric DUGIT

Amoureux de la bonne cuisine et du terroir, Jean-Pierre Coffe est mort dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 78 ans. Cuisinier mais aussi critique gastronomique et homme de télévision et de radio, il a marqué les esprits avec son franc-parler et ses coups de gueule.

"C'est de la merde!": le chroniqueur gastronomique Jean-Pierre Coffe, célèbre pour son franc-parler et ses coups de gueule contre la malbouffe, est mort à l'âge de 78 ans, après avoir imposé pendant trente ans son personnage truculent sur les ondes et sur les écrans.

"Ça se bouffe pas, ça se mange !"

Crâne rasé, ses célèbres lunettes rondes et colorées sur le nez, ce bon vivant piquait volontiers des colères, comme ses célèbres sorties contre la charcuterie sous vide.

Peu de médias ont échappé à ses coups de gueule poussés pendant une trentaine d'années aussi bien à la télévision. Il a commencé sur Canal Plus en 1984 et c'est dans l'émission La Grande Famille qu'il s'est fait connaître du grand public, défendant déjà les produits de qualité.

Le critique a ensuite passé près de dix ans sur France 2 aux côtés de Michel Drucker et a aussi passé de nombreuses années comme chroniqueur à la radio (dont RTL et France Inter avec l'émission culinaire "Ca se bouffe pas, ça se mange!").

Son message aux Français : "mangez bien pour pas cher"

Convaincu que l'on pouvait bien manger pour pas cher, Jean-Pierre Coffe appelait les consommateurs à "changer leurs habitudes alimentaires", à privilégier les produits de saison, à renouer avec le plaisir de cuisiner.

La cuisine, mais pas seulement

L'animateur, qui affirmait toujours payer l'addition dans les restaurants parce que "la liberté est à ce prix-là", a également signé une soixantaine d'ouvrages sur la cuisine et le jardinage, de livres de recettes. Dans une autobiographie parue en mai 2015, "Une vie de Coffe", il évoquait son enfance difficile (rejeté par sa mère, placé en famille d'accueil), mais aussi sa souffrance quand son ex-femme avait décidé d'avorter ou lorsqu'il perdit sa fille emportée par un cancer à 37 ans. Il confiait également sa bisexualité.

Jean-Pierre Coffe n'utilisait pas seulement son franc-parler pour défendre la bonne cuisine. Il réglait parfois ses comptes sur les plateaux de télévision. Par exemple avec Nicolas Sarkozy qu'il avait rencontré lorsqu'il était ministre du Budget, une rencontre qui selon le cuisinier lui a valu un contrôle fiscal.

En 2009, le défenseur des produits du terroir a mis son image au service de la chaîne de hard discount Leader Price. Les critiques ont été nombreuses, mais il en fallait plus pour faire vaciller cet homme qui avait trouvé son premier emploi grâce à un billet publié dans le Figaro annonçant : "Ne sait rien faire, mais plein de bonne volonté".