Médias – People DOSSIER : Festival International du Film de Saint Jean-de-Luz 2017

VIDÉOS - Michèle Laroque se raconte avant la sortie de son 1er film "Brillantissime"

Par Frédéric Fleurot, France Bleu Pays Basque samedi 7 octobre 2017 à 10:06 Mis à jour le samedi 7 octobre 2017 à 12:06

Patrick Fabre et Michèle Laroque au cinéma le Sélect de Saint Jean-de-Luz
Patrick Fabre et Michèle Laroque au cinéma le Sélect de Saint Jean-de-Luz © Radio France

L'actrice, scénariste et désormais réalisatrice Michèle Laroque se confie avant la 1ère projection public de son 1er long-métrage "Brillantissime".

Alors que son 1er film en tant que réalisatrice est projeté ce samedi soir en avant-première lors de la soirée de clôture du Festival du Film de Saint Jean-de-Luz dont elle est la présidente du jury, Michèle Laroque s'est confiée sur sa carrière lors d'une rencontre avec le public animée par Patrick Fabre, le directeur artistique du festival.

Son envie d'être comédienne

Etudiante à Nice, Michèle Laroque a eu un très grave accident de voiture qui l'a contraint à rester près de 2 ans à l'hôpital. C'est en sortant du coma qu'elle décide d'aller prendre des cours de théâtre au conservatoire d'Antibes. C'est un véritable coup de foudre qui lui confirme bien qu'elle a trouvé sa voie.

Montée à Paris, elle joue dans sa première pièce au Théâtre des Variétés en 1987. Guère après le grand public la découvre dans l'émission à sketchs de FR3 "La classe" présentée par Fabrice puis c'est autour du cinéma de l'accueillir avec une apparition dans "Le mari de la coiffeuse" de Patrice Leconte.
65 longs-métrages (cinéma et télévision) à son actif dont "La crise" de Coline Serreau, "Pédale Douce" de Gabriel Aghion, "Ma vie en rose" d'Alian Berliner, "Serial Lover" de James Huth, "Le placard" de Francis Weber, "Comme t'y es belle !" de Liza Azuelos, "Enfin veuve" d'Isabelle Mergault, "Monsieur papa" de Kad Merad...

Pédale Douce, un film difficile à monter

C'est "La crise" de Coline Serreau qui la révèle pleinement au cinéma puis suivra le succès avec "Pédale Douce" de Gabriel Aghion, film pour lequel elle sera nominée au César de la meilleure actrice dans un second rôle. Ce long-métrage où elle partage l'affiche avec Richard Berry, Fanny Ardant, Patrick Timsit et Jacques Gamblin parle des doubles vies pour les personnes homosexuelles sujet qui dérangeait au milieu des années 90, pas aisé pour les producteurs de rassembler le budget pour lancer le tournage de ce film.

Ma vie en rose, un film privé d'Oscar

Dans ce film d'Alain Berliner, Michèle Laroque joue la maman d'un petit garçon qui dit être un fille. Comme pour "Pédale Douce", c'est un sujet délicat à traiter dans les années 90 et même si ce film obtient un beau succès auprès du public et récolte un Golden Globe, le comité de pilotage des Oscars boycottera ce long-métrage.

Théâtre et spectacles sur scène

Michèle Laroque c'est aussi du théâtre et des spectacles sur scène dont plusieurs collaborations avec Pierre Palmade et Muriel Robin même si elle ne se sent pas appartenir à une bande ou à une famille d'artistes.

Brillantissime son 1er long-métrage

"Brillantissime" adapté de la pièce de théâtre "mon brillant divorce" est son 1er long-métrage en tant que réalisatrice. Entourée de Kad Mérad, Françoise Fabian, Pascal Elbé, Rossy de Palma et Gérard Darmon... Elle y interprète le rôle d'Angela mère et femme qui se voit abandonnée par sa fille et son mari le soir de Noël. Ce film est projeté en avant-première national ce samedi soir au Festival du Film de Saint Jean-de-Luz où Michèle Laroque est également la présidente du jury de l'édition 2017.