Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Bourgogne-Franche-Comté : pourquoi la qualité de l'air est-elle médiocre malgré le confinement ?

Cela peut paraître paradoxal : malgré quatre semaines de confinement, la qualité de l'air est moyenne voire médiocre dans certaines parties de la Bourgogne-Franche-Comté. Pourquoi ? La réponse avec Francis Schweitzer, d'Atmo Bourgogne-Franche-Comté.

Il fait beau, il faut chaud (image d'illustration à Dijon)
Il fait beau, il faut chaud (image d'illustration à Dijon) © Maxppp - JC Tardivon

La couleur jaune-orangée des cartes étonne, au bout de près de quatre semaines de confinement. Selon Atmo Bourgogne-Franche-Comté, qui analyse quotidiennement la qualité de l'air dans la région, l'indice est "moyen" (5/10), voire carrément "médiocre" (6/10) en Côte-d'Or, en Saône-et-Loire et dans une partie du Jura.  Comment l'expliquer, alors que la région - comme le reste de la France - est quasiment à l'arrêt ? 

La qualité de l'air est moyenne voire médiocre sur la région
La qualité de l'air est moyenne voire médiocre sur la région - Atmo BFC

Pas le même polluant 

Si la baisse du trafic routier induit bien une réduction du dioxyde d'azote dans l'air, le polluant très présent en ce début de mois d'avril dans la région est l'ozone.  Pourquoi ? Pour Francis Schweitzer, le directeur d'Atmo, c'est tout simplement dû à la météo.  

Selon lui, pour schématiser, l'équation est celle-ci : les restes d'oxyde d'azote dégagés par les voitures + les hydrocarbures (dont certains viennent de sources naturelles) + la chaleur + le soleil = ozone. Le confinement ne joue donc pas - ou très peu - sur l'origine de ce type de pollution. En revanche, avec le confinement, l'intensité de la pollution à l'ozone peut en être réduite. A la veille du week-end de Pâques, vendredi 10 avril 2020, Francis Schweitzer indique que cette pollution va durer dans les prochains jours. Comment s'en débarrasser ? "Une grande pluie abondante, pour tout arroser". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu