Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Intempéries : de gros dégâts après les orages dans plusieurs régions, l'Eure en vigilance orange pour crues

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'Eure est toujours en vigilance orange aux crues ce mercredi matin. L'alerte a été levée dans l'Oise et dans l'Orne. Des pluies diluviennes se sont abattues sur l'Oise et la Marne dans la nuit de lundi à mardi. Un adolescent a disparu à Beauvais.

Dans les rues de Beauvais, mardi.
Dans les rues de Beauvais, mardi. © Radio France - Marine Chailloux

L'Eure reste en vigilance orange pour risques de crues ce mercredi matin jusqu'à jeudi 6h. L'alerte est en revanche levée pour l'Oise et L'Orne, désormais en vigilance jaune, indique Météo France. Les niveaux d'eau restent particulièrement élevés sur la Charentonne et le Guiel (Eure et Orne), précise VigiCrues. 

Sur le tronçon Charentonne - Guiel, les niveaux sont en forte hausse depuis mardi après-midi. "Des débordements dommageables sont attendus à partir du début de soirée. Sur les parties amont, les niveaux maximums seront atteints dans la soirée", indique VigiCrues. Sur le Thérain (Oise), la décrue sur le secteur de Beauvais est en cours.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un jeune homme recherché dans l'Oise

Les pluies diluviennes et la grêle ont déjà provoqué de gros dégâts dans l'Oise, où il  est tombé entre 35 et 60 millimètres d'eau. Les recherches se poursuivaient mardi soir à Beauvais pour tenter de retrouver un jeune homme, emporté dans la nuit par la rivière Thérain alors qu'il faisait la fête avec des amis. 18 plongeurs, des drones avec des caméras thermiques et les équipes cynotechniques ont été déployés. L'adolescent aurait chuté "soudainement" dans la rivière, un affluent de l'Oise traversant la ville, sans avoir pu se rendre compte qu'il n'était plus sur la chaussée en raison du niveau de l'eau, a précisé à l'AFP la procureure de Beauvais, Caroline Tharot.

"Des commissions se réuniront dans les prochains jours pour la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle", a promis le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin qui s'est rendu sur place pour rencontrer des commerçants sinistrés. Les pompiers ont reçu 2.200 appels, pour 845 interventions. "C'était apocalyptique, a témoigné Franck Pia, premier adjoint à la mairie de Beauvais, sur France Bleu Picardie. Des orages d'une ampleur exceptionnelle, de la grêle. L'eau a soulevé les chaussées, des véhicules ont été déplacés par les eaux, et des centaines de caves et parking ont été inondés." Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, arrivé en tête du premier tour des élections régionales dimanche, a suspendu sa campagne d'entre-deux-tours ce mardi pour se rendre à Beauvais. 

L'hôpital de la ville notamment a subi d'importantes inondations, provoquant l'écroulement d'un faux plafond, tandis que les urgences ont dû être transférées provisoirement à Clermont-de-l'Oise. Dans la matinée, la situation était toutefois "sous contrôle", selon la direction.  Les blocs opératoires vont rester fermés toute la journée pour vérifications. Une école maternelle a aussi été fermée, quatre autres établissements scolaires touchés, et la succursale de la Banque de France inondée. Plusieurs services publics et administrations resteront fermés les prochains jours.

Des inondations pour la troisième fois en trois semaines dans la Marne

Autre département touché par les intempéries : la Marne. À Reims notamment, les riverains de l'avenue Jean Jaurès ont été inondés pour la troisième fois en trois semaines. Des orages avaient déjà provoqué des dégâts les 4 et 19 juin, poussant  le maire de Reims, Arnaud Robinet, à demander la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Deux personnes secourues in-extremis dans l'Orne

Les pluies sont aussi à l'origine d'inondations dans l'Orne, où une centaine d'habitations ont été touchées. Deux personnes âgées ont notamment été secourues in extremis au Sap-en-Auge, selon le maire Gérard Rozé. "Une vague" a "traversé le magasin" a raconté Nathalie Simon, gérante du Coccimarket de la commune, à France Bleu Normandie.

"D’importants moyens sont mobilisés dont une vingtaine de militaires de la gendarmerie et 80 sapeurs-pompiers", a précisé la préfecture de l'Orne dans un communiqué. "Quatre embarcations sont déployées sur le terrain. Des opérations de reconnaissance et de mise en sécurité se sont déroulées tout au long de la journée. Des opérations de pompage ont commencé et se poursuivront pendant la décrue. Un bilan provisoire fait état d’une centaine d’habitations inondées, d’une habitation détruite et de quatre habitations évacuées suite à un risque d’effondrement. 34 personnes ont été mises en sécurité et deux personnes en hypothermie ont été prises en charge".

Des écoles partiellement inondées dans les Yvelines

Un violent orage a également surpris les habitants de Houilles (Yvelines) ce mardi. La commune n'avait pas été placée en vigilance orange et les mesures habituelles en cas d'alerte n'avaient pas été prises. Des écoles ont été partiellement inondées et il a été demandé aux parents de venir chercher leurs enfants en fin de matinée.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des routes immergées en Charente-Maritime

A Saint-Ouen D'aunis, en Charente-Maritime, il est tombé en une heure l'équivalent d'un mois de pluie, soit 70 mm, ce mardi. La route principale de la commune a été immergée, des garages et maisons ont été inondés. Les pompiers ont réalisé des opérations de reconnaissance.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des dégâts "catastrophiques" dans certaines cultures, selon la FNSEA

Les orages qui sévissent depuis samedi en fin de journée en France ont enfin causé des dégâts "catastrophiques" dans les exploitations agricoles de nombreuses régions, s'est alarmée mardi la présidente de la FNSEA Christiane Lambert. "Il y a de sacrés bobos, de sacrés dégâts, dans certains secteurs c'est catastrophique", a-t-elle déclaré à l'AFP. 

"Chez moi dans le Saumurois, dans le sud du Maine-et-Loire, de la grêle a complètement ravagé des vignes", a-t-elle assuré. En Ile-de-France et notamment en Seine-et-Marne, de fortes précipitations ("80 mm le samedi soir et à nouveau 60 mm le dimanche"), ont entraîné des coulées de boue dans les cultures céréalières, a-t-elle ajouté. 

D'"énormes dégâts" ont également été recensés en Bourgogne/Franche-Comté, avec parfois "des parcelles détruites à 100%" en Côte d'Or, "idem dans le Doubs, avec des grêlons de 10 cm de diamètre". Même constat dans l'Yonne et la Saône-et-Loire, avec des dégâts sur les cultures céréalières et sur les vignes. "Sur les cultures d'hiver et de printemps (blé et orge), tout est haché menu" chez des exploitants qui "pensaient se refaire une santé" cette année grâce au niveau élevé des cours des céréales, a affirmé la présidente du syndicat majoritaire. "Psychologiquement, c'est épouvantable, ils ont vu tout s'effondrer en un quart d'heure", a-t-elle ajouté.

L'Allier et Ardèche en Auvergne/Rhône-Alpes, le Gers et l'Aude en Occitanie et le Lot-et-Garonne et la Gironde, en Nouvelle-Aquitaine ont aussi été touchés selon la présidente de la FNSEA. "Ce qui est impressionnant, c'est la violence des orages et le fait que ça touche les trois quarts de la France (...) la répétition des événements est très préoccupante, ça prouve que le changement climatique est à l'œuvre dans toutes ses dimensions", a déploré Christiane Lambert qui milite pour une réforme du dispositif dédié aux calamités agricoles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess