Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

La chaleur difficilement supportable sous le masque

Par

Dans les bars, cafés et restaurants, le port du masque est obligatoire pour les serveurs. Mais par plus de 35°c, ça tient chaud... et ça gêne pour respirer. Illustration à Valence.

Benjamin et Jean-Charles, serveurs masqués du Derby à Valence. Benjamin et Jean-Charles, serveurs masqués du Derby à Valence.
Benjamin et Jean-Charles, serveurs masqués du Derby à Valence. © Radio France - Florence Gotschaux

Sous le masque, la chaleur semble plus étouffante encore ! Ce lundi, on a enregistré 38° à Saint-Roman dans le Diois, 36,7° à Romans toujours dans la Drôme. Il a fait 36,4° à Saint-Laurent du Pape, ou encore 35,6° à Annonay, en Ardèche. Et ça devrait encore grimper d'ici la fin de la semaine. On pourrait atteindre 40° par endroit. Pour les serveurs, dans les bars et restaurants, pas évident de travailler derrière son masque de protection.

Publicité
Logo France Bleu

Sur les terrasses, ils suent à grosses gouttes. Pas besoin du masque pour ça, mais avec, c'est encore plus difficile à supporter, confie Ethan du café restaurant L'Etage à Valence. "C'est étouffant. On a du mal à respirer avec le masque. Ça donne encore plus chaud".

En effet, pas facile de reprendre sa respiration entre deux allers-retours comptoir-terrasse, confirme Benjamin, serveur dans le bar voisin. "On sent qu'on ne respire pas de l'air frais, que tout notre air tourne dans le masque. Parfois, on est obligé de dégager le nez, quand on est dehors sur la terrasse, pour respirer pleinement quelques secondes".

A la sandwicherie La Mie Câline, les employés ne servent pas en terrasse, mais travaillent à côté des fours. "On transpire toute l'année, mais avec le masque, c'est pire", confie une salariée. "Bouche asséchée, nez sec, transpiration__... c'est désagréable", ajoute le responsable commercial de la boutique. "On attend que ça passe... je parle de la chaleur, parce que le virus, on ne sait pas quand on en sera débarrassé".

Jean-Charles, du bar le Derby, a un handicap supplémentaire : il est barbu "J'ai fait le choix de garder ma barbe. Ça tient chaud c'est sûr. Mais des collègues dans d'autres établissements de Valence se sont rasés, pour porter le masque... le problème, c'est que des plaques rouges sont apparues. Finalement, ça rendait le port du masque plus désagréable encore!"

Le masque pour dissimuler la grimace

Et quand il y en a marre, l'objet de torture présente tout de même un avantage nous confie, Jonathan du Café Le Bancel, sourire aux lèvres (ou plutôt les yeux rieurs, pour ce qu'on voit de son visage). "Quand on est énervé, ça ne se voit pas avec le masque. C'est pratique". Et mieux vaut prendre le masque et la chaleur avec philosophie... il pourrait faire jusqu'à 40° localement, en fin de semaine en Drôme Ardèche.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu