Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Sotteville-lès-Rouen se prépare à de nouvelles inondations

Deux ans après de fortes inondations, un nouveau phénomène d'envergure est attendu sur les bords de la Seine en Normandie cette semaine. A Sotteville-lès-Rouen on se prépare pour limiter les dégâts.

Des planches sont clouées pour faire un chemin lors de la crue.
Des planches sont clouées pour faire un chemin lors de la crue. © Radio France - Théophile Pedrola

Il y a deux ans, en février 2018, Sotteville-lès-Rouen avait eu les jambes dans l'eau. Une crue impressionnante de la Seine qui avait conduit à de nombreux dégâts, mais aussi à quelques ratés. Notamment sur les barrages des rues, qui n'avaient pas forcément été respectés. 

Cette année, alors que le coefficient de marée est très fort, jusqu'à 117 mercredi 11 mars, la mairie a voulu prendre ses précautions. Avec les fortes pluies des derniers jours, les départements de la Seine-Maritime et de l'Eure ont tous les deux été placés en vigilance orange par Météo-France.

Des passerelles pour pouvoir circuler

Ce lundi 9 mars 2020, avant les premières crues, les équipes de la municipalité sont à pied d'oeuvre. Deux ouvriers installent des planches en bois sur des tréteaux, à 1m20 de hauteur. "On fait des passerelles pour faire un accès pour la population et pour les secours", explique Laurent Lemercier, menuisier à la mairie, entre deux coups de visseuses. Les planches courent tout le long de la rue, devant les maisons. 

Une interdiction plus stricte de circulation 

Derrière son portail, Stéphane discute avec les ouvriers. Il habite ici depuis près de onze ans et est donc habitué à ces débordements de la Seine. "En 2018, on a perdu nos voitures, vélos, tondeuses..." Les passerelles, il en est très content, mais il craint plus particulièrement un phénomène : les vagues faites par les voitures qui passent alors que la rue est inondée : "Là, on va faire la guerre. Celui qui passe il va prendre des cailloux", prévient-il. 

Pour l'instant, il n'y a qu'une barrière, mais le dispositif va être renforcé.
Pour l'instant, il n'y a qu'une barrière, mais le dispositif va être renforcé. © Radio France - Théophile Pedrola

Pour éviter tout cela, la mairie a mis en place des plots en béton. "Même avec vingt centimètres d'eau, les gens passent, déplore Pascal Pesquet, chef du service espace public à la mairie. ils contournent les barrières, ils roulent à fond pour ne pas être pris dans l'eau et ils font des vagues. Cela peut faire des dégâts : des portails en bois ou en plastique ont été éventrés par ces vagues, c'est ça qui inonde les maisons." 

En plus de ces plots de béton, la mairie met en place une signalisation lumineuse et une présence humaine, en véhicule, la journée pour empêcher les passages. 

Une lettre a également été envoyé aux habitants du quartier concerné pour les prévenir du danger. 

Dernière solution de la mairie : donner des sacs de sable. Plusieurs centaines ont été distribués aux habitants pour faire barrage à l'eau le plus possible. Il ne reste plus qu'à attendre l'eau. 

Des sacs de sable sont entassés pour éviter au maximum les infiltrations d'eau.
Des sacs de sable sont entassés pour éviter au maximum les infiltrations d'eau. © Radio France - Théophile Pedrola
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu