Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire-Atlantique : le port de Piriac-sur-Mer se prépare à affronter la Tempête Alex

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

La tempête Alex se rapproche du littoral de Loire-Atlantique. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Météo France prévoit des rafales de vent pouvant atteindre 130 km/h. Pour éviter qu'il n'y ait de la casse, le port de Piriac-sur-Mer prévient ses plaisanciers et vérifie tout ce qui peut l'être.

Le port de Piriac-sur-Mer ne devrait pas échapper aux rafales de vent à plus de 130 km/h qui devraient toucher le littoral de Loire-Atlantique, dans le nuit de jeudi à vendredi.
Le port de Piriac-sur-Mer ne devrait pas échapper aux rafales de vent à plus de 130 km/h qui devraient toucher le littoral de Loire-Atlantique, dans le nuit de jeudi à vendredi. © Radio France - Pascal Roche

"On s'attend à avoir des problèmes supplémentaires", lâche, pragmatique, Charles De Buyer, agent au port de Piriac-sur-Mer. Et pour cause. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Météo France annonce des rafales de vent pouvant atteindre 130 km/h sur le littoral de Loire-Atlantique. Alors, avant que la tempête Alex ne déferle sur la côte, les ports multiplient les rondes et préviennent les propriétaires de bateaux. Le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, basé à Etel dans le Morbihan est lui déjà "prêt à intervenir, prêt à ouvrir des enquêtes pour s'assurer que personne ne soit en difficulté", promet Jean-Baptiste Michel, le coordonnateur de la mission sauvetage.

Des SMS, des mails et des alertes sur internet pour prévenir les plaisanciers

A quelques heures des premières bourrasques de vent, les équipes du port de Piriac-sur-Mer, qui compte environ 750 anneaux à l'année, se préparent minutieusement. "On fait des tours du plan d'eau plus réguliers avec un sac d'amarres pour reprendre celles qui sont abîmées, reprendre celles qui sont trop détendues, ça nous permet aussi de voir si il y a un problème pour prévenir le propriétaire, détaille Charles De Buyer. Ensuite, quand le coup de vent arrive, on reste en veille et on repasse après la tempête pour prévenir les propriétaires si il y a des avaries."

Le plus important est que les navigateurs puissent bien suivre les consignes données pour la sécurité en mer, bien regarder la météo avant de partir et vérifier leur matériel de sécurité.

En parallèle et pour s'assurer que tous les plaisanciers ont bien eu connaissance de l'arrivée de la tempête, les agents du port envoient un SMS ou un mail à chacun d'entre eux et actualisent leur site internet avec les dernières informations dont ils disposent. "C'est une petite piqûre de rappel sur comment bien hiverner son bateau, reprendre ses amarres ou ranger ses voiles", confie cet agent de port qui s'attend à un peu de casse car "il n'y a pas besoin d'énormément de vent pour que les amarres travaillent". 

La houle et le vent pourraient provoquer des ruptures de mouillage

Alors que Météo Bretagne annonce des rafales pouvant atteindre 160 km/h, au petit matin, en Loire-Atlantique, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) d'Etel se dit "prêt à parer à toute éventualité et à tout événement en mer", affirme Jean-Baptiste Michel, officier de permanence. "On a des équipes très bien formées et présentes 24h/24 et 7j/7". Comme à leur habitude, les 15  personnes qui se relaieront toutes les quatre heures, cette nuit-là, vont surveiller le trafic maritime pour s'assurer qu'aucun navire ne soit en difficulté et garderont un œil attentif sur d'éventuels bateaux à la dérive. 

"On ne peut pas anticiper pas les événements qui pourraient arriver mais ce qui va certainement se passer, ce sont des signalements pour des ruptures de mouillage suite à l'action de la houle et du vent, analyse le coordonnateur de la mission sauvetage qui fera le point, ce jeudi matin, avec son successeur sur la météo, évidemment, mais aussi sur les moyens nautiques et aériens disponibles. A la suite de ces alertes, il y a tout un travail d'enquête qui se fait pour rechercher les propriétaires et s'assurer qu'il n'y avait aucune personne à bord."

En cas d’événement majeur, le CROSS renforcera ses effectifs, "comme cela est prévu dans les textes", explique Jean-Baptiste Michel. "_Mais le plus important est que les navigateurs puissent bien suivre les consignes données pour la sécurité en mer, bien regarder la météo avant de partir, éventuellement différer leur départ quand ils peuvent le faire et vérifier leur matériel de sécurit_é", conclut-il, avant de regagner son poste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess