Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Un printemps assez classique mais on s'est habitué à plus de chaleur", pour un prévisionniste en Picardie

-
Par , France Bleu Picardie

Du vent, de la pluie et des températures en dessous des normales de saison. La météo n'est pas franchement printanière en Picardie. Mais est-ce pour autant un printemps pourri ? Qu'en est-il quand on se penche sur les données des prévisionnistes ? Réponses de Patrick Marlière, du réseau Agate.

Le printemps est particulièrement agité dans le ciel picard
Le printemps est particulièrement agité dans le ciel picard © Maxppp - Pierre Rousseau

Pour un premier week-end déconfinés, Picards et visiteurs de la pentecôte ne sont pas vraiment gâtés par la météo. Le ciel est perturbé, les averses nombreuses même s'il y a aussi quelques éclaircies. Et en ce mois de mai, les températures se situent en moyenne deux à trois degrés en dessous des normales de saison. 

Patrick Marlière, prévisionniste du réseau d'Aide à la Gestion Adaptée au Temps et à l'Environnement (Agate) analyse les données de ce printemps 2021. Elles n'ont pas un caractère exceptionnel. "Si on regarde les statistiques météo de ces 30 dernières années sur la Somme, on remarque effectivement que l'on a tous les quatre ans, un printemps de cet ordre, plutôt frais et légèrement en dessous des normales", explique t-il.

Patrick Marlière, prévisionniste au bureau d''expertise météo Agate

"Si on remonte un peu plus loin dans les archives, le réchauffement climatique s'est progressivement installé à partir des années 2000. Et donc on a eu des printemps qui étaient parfois assez chauds. Donc on s'est habitués à ces printemps un peu plus chauds et dès que l'on retrouve un printemps on va dire classique c'est plus compliqué", poursuit Patrick Marlière.

La Picardie est-elle à l'abris de nouveaux épisodes de gel ou de chute des températures comme il a pu s'en produire en avril ? "Si on regarde loin dans les archives météorologique, il a déjà gelé le 14 juin 1933", rappelle le prévisionniste qui cite aussi l'exemple d'un "épisode de gel à -2 degrés à Nouvion en Ponthieu le 1er juin 1975. Donc si on veut nommer un saint de glace dans les Hauts-de-France ce serait plutôt en juin. Mais là il semble, dans les modèles météo qui nous emmènent jusqu'au mois de juin que nous sommes quittes avec ces gelées assez marquées. Donc plus de crainte à avoir si on a mis en terre tous les légumes que l'on attend pour ce bel été", rassure Patrick Marlière. 

Pourquoi les prévisions météo sont moins fiables avec la baisse du trafic aérien ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess