Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : infos pratiques et astuces du quotidien

Pourquoi le confinement n’empêche pas la pollution de l’air en Normandie

Malgré le confinement, un épisode de pollution de l’air a été enregistré le week-end dernier en Normandie. Face à la météo, rester à la maison ne suffit pas toujours. On vous explique pourquoi.

malgré le confinement, la Normandie a enregistré un pic de pollution de l'air
malgré le confinement, la Normandie a enregistré un pic de pollution de l'air © Radio France - Lucie Thuillet

Alors que les routes et les rues sont quasiment désertes depuis le début du confinement, la Normandie a connu le week-end dernier un épisode de pollution aux particules fines. Ce type d’alerte est typique dans la région au début du printemps, favorisé par la combinaison de beau temps et de fraîcheur. 

Pourtant la circulation est en forte baisse

Le trafic routier a effectivement baissé d’environ 70% depuis le début du confinement. Les particules polluantes spécifiques à la voiture ont également dégringolé. Atmo Normandie l'a constaté sur le terrain : les taux relevés sur le bord de routes se rapprochent aujourd’hui des mesures effectuées loin des axes routiers.  

Si ce n’est pas la voiture, comment expliquer ce pic de pollution ? 

Il a des facteurs humains comme le chauffage au bois dans les logements ou encore l’activité agricole qui se poursuit. Il y a également les causes naturelles comme ce vent venu le week-end dernier du désert du Sahara qui a déposé dans le ciel normand de la poussière qui participe à la dégradation de la qualité de l’air.

Pour résumer, si le confinement n’empêche pas des pics de pollutions en cette saison, le fait de rester à la maison évite tout de même d’aggraver la situation : les particules émises par les automobiles étant particulièrement dangereuses pour la santé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu