Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Météo

Pourquoi le département des Landes n'est-il pas touché par la sécheresse ?

-
Par , France Bleu Gascogne

Plusieurs départements français connaissent actuellement un épisode de sécheresse important. Seuls le Morbihan et les Côtes-d'Armor n'ont aucune restriction pour l'usage de l'eau. Les Landes sont aussi épargnées, décryptage.

Le Midou à Mont-de-Marsan est l'un des deux cours d'eau concerné par une restriction
Le Midou à Mont-de-Marsan est l'un des deux cours d'eau concerné par une restriction © Radio France - Valérie Mosnier

Département Landes, France

Selon le site gouvernemental, Propluvia, 87 départements de métropole sont concernés par des mesures de restrictions d'eau. Au total 196 arrêtés ont été pris pour inciter ou obliger professionnels et particuliers à faire des économies. Les Landes sont dans la liste, mais le département est très peu touché par la sécheresse. 

Quelle est la situation dans le département ? 

Deux arrêtés de restriction sont pris dans les Landes. Le premier, depuis le début de l'été, concerne le Ludon, qui passe notamment à Bougue. L’irrigation pour les activités agricoles et les particuliers qui puisent dans la rivière, est pour interdit un jour sur quatre. Depuis ce mercredi, le bassin du Midou à Mont-de-Marsan est à nouveau concerné. Un nouvel arrêté a été pris avant-hier. Les prélèvements agricoles sont autorisés deux jours sur quatre. En revanche, il n'y a aucun problème sur l'approvisionnement en eau potable, de l'eau puisée dans les nappes phréatiques plus profondes et donc moins sollicitées. 

Comment expliquer cette situation favorable ?

Il y a trois raisons. D'abord les nappes phréatiques. Contrairement à d'autres départements, au début de l'été, leur niveau était normal. On parle des nappes de surfaces, qui se sont bien rechargées cet hiver et au printemps. Deuxième explication : les barrages de stockage sur le bassin de l'Adour, dont le plus important est le barrage du Gabas (au sud des Lande). Ces ouvrages construits il y a plusieurs années et gérés par l'Institution Adour. Il y en a une vingtaine sur les Landes, le Gers, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques. Leur capacité de stockage est de 75 millions de m3 d'eau. Ces barrages de stockage ont servi cet été, puisqu'il y a eu plusieurs lâchers pour réalimenter et augmenter le débit de l'Adour. Aujourd'hui, le taux de remplissage est encore de 57%. Enfin, la météo est troisième explication. Il a fait chaud en juillet, avec des pics de canicule, mais en août les températures ont été plus douces, avec parfois des périodes fraîches, sans compter de la pluie et des orages régulièrement, presque tous les 10 jours. Selon Météo France entre le 1er juin et le 20 août, il est tombé entre 10 ET 50% en plus par rapport à la moyenne normale. 

Est ce que le sous-sol Landais est aussi un atout ?

Oui. Dans les Landes, comme en Gironde d'ailleurs, nous sommes sur un bassin sédimentaire c'est à dire du sable et du calcaire, des couches poreuses où l'eau s'infiltre en profondeur jusqu'à 300 mètres voire plus. Contrairement à la Creuse ou la Corrèze, des départements situés sur des sols granitiques, qui ne laisse pas passer l'eau. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu