Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Météo

Sécheresse et inondations : 24 communes du Val d'Oise reconnues en état de catastrophe naturelle

-
Par , France Bleu Paris

L'arrêté est paru au Journal Officiel ce vendredi 9 Août : 24 communes du Val-d'Oise sont reconnues en état de catastrophe pour l'alternance de périodes de sécheresse et d'inondation en 2018 et en mai dernier. Les victimes de dégâts dans leur logement, ont dix jours pour contacter leur assurance.

Sécheresse + inondation = fissures....
Sécheresse + inondation = fissures.... © Radio France - Matthieu Darriet

Val-d'Oise, France

Par arrêtés en date du 15 et 16 juillet 2019, parus au journal officiel du 9 août 2019, 24 communes du département du Val-d’Oise sont reconnues en état de catastrophe naturelle pour des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse de l'année 2018 et aux inondations et coulées de boue de mai 2019. 

Pour la sécheresse, 21 communes sont concernées : Argenteuil, Cergy, Courdimanche, Ennery, Menucourt, Cormeilles-en- Parisis, Eaubonne, Ezanville, Franconville, Génicourt, Groslay, Haravilliers, Margency, Montlignon, Montmagny, Montmorency, Saint-Brice-sous-Forêt, Saint-Leu-la-Forêt, Sannois, Taverny et Vauréal.

Pour les inondations et coulées de boue, 3 communes sont concernées : Auvers-sur-Oise, Vallangoujard et Valmondois.

Les assurés sinistrés disposent d'un délai de dix jours au maximum, soit jusqu'au 19 août inclus pour faire parvenir à leur compagnie d'assurance un état estimatif de leurs pertes, s'ils ne l'ont pas déjà fait dès la survenance des dégâts. Il est rappelé que la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle ne concerne que les biens assurés. Concernant les dégâts causés sur les biens non assurés des collectivités territoriales (voirie, ponts, ouvrages d'arts, digues, réseaux d'assainissement et d'eau potable, restauration des cours d'eau etc...), celles-ci doivent solliciter une aide au titre de la dotation de solidarité au profit des collectivités touchées par des évènements climatiques ou géologiques dans les deux mois qui suivent l'évènement.