Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Météo

Sécheresse : Indre Nature demande un plan de gestion de l'eau à long terme

-
Par , France Bleu Berry

Des épisodes de sécheresse à répétition et des canicules qui s’enchaînent : l'association Indre Nature lance un cri d'alarme. Elle estime qu'il faut d'urgence engager une réflexion à long terme sur la gestion de la ressource en eau.

Les rivières sont à leur niveau le plus bas
Les rivières sont à leur niveau le plus bas © Maxppp - PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST/MAXPPP

Châteauroux, France

Jamais, de mémoire de météorologue, l'Indre n'a connu une telle situation. Les cours d'eau sont au plus bas quand ils ne sont pas déjà à sec, le niveau des étangs et points d'eau est catastrophique et l'étiage des rivières n'a jamais été aussi faible. Et nous n'avons pas encore passé la période la plus difficile : les mois d'août et de septembre. 

"C'est catastrophique. Les pluies d'hiver et d'automne ont été très faibles, voire inexistantes et cela n'a pas permis de recharger les nappes phréatiques. Et nous enchaînons depuis quelques années les épisodes de canicule et de sécheresse, explique Dominique Viard, vice président de l'association Indre Nature. Aujourd'hui, il nous manque 40% de l'eau qui aurait dû tomber dans l'année. C'est gigantesque. Et si ça continue, l'Indre connaîtra un climat méditerranéen. "

L'approvisionnement en eau potable menacé ?

Cela a de terribles conséquences sur les espèces animales : l'association s'inquiète de la disparition de nombreux insectes, de mollusques d'eau douce, et même de la raréfaction de certaines espèces de poissons comme la truite. 

Elle tire également la sonnette d'alarme concernant l'approvisionnement en eau potable : "Cela risque d'arriver, soit pour un problème quantitatif avec la raréfaction de la ressource, soit pour un problème qualitatif. Il y a moins d'eau dans les rivières et donc moins de flux pour diluer les polluants ou les eaux issues des stations d'épuration..."

L'association écrit au préfet de l'Indre pour demander que soit mis en place un véritable groupe de travail à long terme sur la gestion de l'eau. Ce groupe réunirait tous les acteurs de la ressource et permettrait de faire évoluer les usages : "Aujourd’hui, il n'existe que l'observatoire de la ressource en eau qui est purement conjoncturel, en été, pour gérer les situations de crise. Mais une fois la crise passée, il n'y a plus rien. L’Indre est le seul affluent de la Loire dans lequel il n'y a pas de schéma de gestion de l'eau" déplore Jacques Lucbert, président d'Indre Nature. L'association voudrait que cette cellule au long cours intègre le Plan d'adaptation au changement climatique dont le département de l'Indre doit selon elle se munir au plus vite.

Choix de la station

France Bleu