Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Météo

La tempête Gloria déferle sur les Pyrénées-Orientales, record de précipitations au cap Béar

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Roussillon, France Bleu

Après l'Espagne, où elle a fait trois morts, la tempête Gloria a touché ce mardi les Pyrénées-Orientales, avec des coups de mer, de fortes chutes de neige et des records de précipitations. Dans le département, plusieurs routes sont coupées, des écoles fermées et des foyers privés d'électricité.

La tempête Gloria s'est abattue sur le phare de Canet-en-Roussillon
La tempête Gloria s'est abattue sur le phare de Canet-en-Roussillon © Maxppp - Guillaume Horcajuelo

Perpignan, France

Les Pyrénées-Orientales, placées en vigilance orange, affrontent un épisode méditerranéen de grande ampleur qui va se prolonger jusqu'à jeudi : 300 millimètres d'eau en 72 heures sont attendus, soit l'équivalent de quatre mois de pluie. Côté neige, les hauteurs pourraient atteindre 1,5 mètre d'ici jeudi. Les précipitations, qui ont débuté lundi, se sont intensifiées ce mardi : à 16h, il était déjà tombé l'équivalent de plus d'un mois de pluie sur la plaine du Roussillon et la côte Vermeille : 

  • 164 millimètres à Cerbère
  • 157 millimètres à Banuyls-sur-mer
  • 155 mm au cap Béar (dont 145 pour la seule journée de lundi, nouveau record mensuel) 
  • 94 millimètres à Perpignan
  • 91 millimètres à Toreilles

L'événement est qualifié d'exceptionnel par sa durée et par la période de l'année à laquelle il intervient : habituellement, ce type d'épisode se produit uniquement en automne. Il faut remonter à janvier 1982 pour retrouver un phénomène similaire.

La situation ce mardi à 20h

  • Coup de mer - Plusieurs rafales ont été enregistrées 93 km/h dans l'après-midi au cap Béar. Une vague de 10 mètres a été enregistrée par le marégraphe de Banyuls-sur-Mer. Plusieurs maisons ont été inondées par les vagues dans le quartier du Racou à Argelès-sur-Mer, où plus de 50 habitants ont préféré évacuer leurs maisons lundi. "La situation n'est pas catastrophique, mais elle est compliquée, explique le maire d'Argelès, Antoine Parra. La plage a pratiquement disparu, l'eau arrive au niveau des premières habitations. Si le vent se renforce et que les précipitations se poursuivent, la situation pourrait se compliquer davantage."
  • Routes - Suite à plusieurs éboulements, la D914 est coupée entre Banyuls-sur-Mer et Cerbère à hauteur de Peyrefite. Sa réouverture devrait intervenir dans la soirée. Plusieurs axes sont inondés et impraticables : c'est le cas de la D617 entre Canet-en-Roussillon et la piscine Europa, et de la D5 entre Saint-Estève et Peyrestorte. Sur le littoral, la RD51 entre Villelongue et Toreilles, la RD11 entre Canet et Saint-Nazaire et la RD12 entre Bompas et Villelongue étaient provisoirement rouvertes à 16h mais risquaient de nouveau d'être inondées dès la reprise des intempéries. Rappelons également que tous les passages à gué du département sont fermés.
  • Électricité - À 19h, plusieurs communes étaient toujours concernées par des coupures de courant touchant quelque 200 foyers. Les trois secteurs les plus touchés étaient ceux de Maureillas-Céret-Le Boulou, puis celui de Lamanère-Serralongue et la commune de Mantet, où les opérations de réparations risquent de se prolonger jusqu'à mercredi. Le pic maximal des coupures était atteint en début d'après-midi avec plus de 5.000 foyers privés d'électricité sur l'ensemble du département. Des coupures aussi à Perpignan et Cabestany, en Conflent et Vallespir. Selon la CGT, les agents d'Énedis en grève contre la réformes des retraites suspendent leur mouvement pour assurer les réparations, "ayant à cœur leur mission de service public".
  • Autoroute - L’autoroute A9 a rouvert ce mardi à  11h30 au niveau du Perthus, après le déneigement de la chaussée, mais il faut maintenant évacuer les 1.700 poids-lourds stockés entre Perpignan et Béziers. La D900 est rouverte entre la France et l’Espagne depuis 10h.
  • Secours - Les pompiers avaient effectué 79 interventions à 19h pour dégager des arbres et procéder à des opérations de pompage.  Un automobiliste a été secouru in extremis alors qu'il tentait de franchir un passage à gué à Pollestres. 
  • Éducation nationale - À Perpignan, les lycées Arago et Maillol reportent les épreuves du bac à la semaine prochaine. Par mesure de précaution, les écoles de Banyuls-sur-Mer, Cerbère et Le Perthus étaient fermées ce mardi.
  • SNCF - Le trafic des trains a repris entre Perpignan et Narbonne, et entre Perpignan et Cerbère dans la matinée, avec d'importants retards.
  • Transports collectifs - Les cars scolaires et les bus voyageurs sont suspendus ce mardi et ce mercredi sur une bonne partie du département, sur le littoral, au pied des Albères, en Vallespir, Conflent, Capcir et Cerdagne.

La préfecture des Pyrénées-Orientales réitère ses conseils de prudence : évitez tous déplacements, respectez les déviations mises en place, et ne vous engagez pas, à pied ou en voiture, sur une voie immergée. 

Le préfet Philippe Chopin a tenu une conférence de presse ce mardi à la mi-journée. Même si le phénomène est qualifié d'exceptionnel, "tout est sous contrôle, aucune victime ni aucun dégât important n'est à signaler", a-t-il souligné. Une intervention à retrouver sur la page Facebook de France Bleu Roussillon.

Les secours en alerte

Selon la préfecture, quelque 390 sapeurs pompiers étaient engagés ce mardi dont 35 militaires de la Sécurité civile et 100 venus en renfort d’autres départements. Quarante gendarmes étaient sur le terrain et 140 en pré-alerte ainsi que la brigade nautique de Saint-Cyprien et le peloton de gendarmerie de haute montagne.

Les communes du littoral catalan ont déclenché leur plan de sauvegarde communal. Depuis lundi matin, les personnels s'activent pour alerter la population et installer des protections sur le front de mer contre le risque de submersion.

Un phénomène de longue durée

Contrairement à d'autres épisodes méditerranéens qui se sont abattus sur la région ces derniers mois, les pluies ne devraient pas présenter un caractère orageux ni une intensité exceptionnelle. "C'est plutôt sur la durée qu'il faut appréhender ce phénomène, prévient Alix Roumagnac, de la société Predict, spécialisée dans les risques d'inondations. Il va y avoir plusieurs salves, des accalmies, des reprises. Ce type de phénomène est très difficile à modéliser. Pour l'heure, il n'y a pas lieu de faire de catastrophisme. Nous avons le temps de voir venir les événements. Et donc les consignes et les recommandations pourront être données de façon progressive".  A priori, jeudi devrait être la journée la plus à risque. 

Simultanément, le littoral catalan essuie ce mardi un fort coup de mer avec des vagues de sept mètres et un vent marin soufflant en rafales à plus de 100 km/h. Cette tempête baptisée Gloria provoque un risque de submersion sur le littoral et gêne l’écoulement des rivières, renforçant le risque d’inondation.  En prévision de ce coup de mer, les communes du littoral catalan sont à pied d'oeuvre depuis 24 heures pour installer des protections et alerter la population. 

En montagne, les chutes de neige s’annoncent historiques d’ici jeudi, avec plus d'1m50 attendus sur le Canigou, le Capcir et le Haut-Conflent. Les stations du Cambre d'Aze et de Porte-Puymorens ont décidé de rester fermées ce mardi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu