Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Météo

Tempêtes à répétition en Corse : l’enfouissement des lignes électriques comme solution ?

-
Par , France Bleu RCFM

L’épisode de la tempête Fabien a vu plus de 20 000 foyers corses privés de courant momentanément, au plus fort de l’épisode de vent et de pluie. Certaines communes obligent les propriétaires à enfouir leurs réseaux. Mais cela n’est pas toujours faisable.

Une ligne moyenne tension endommagée à Alata (2A) après la tempête Fabien.
Une ligne moyenne tension endommagée à Alata (2A) après la tempête Fabien. - Commune d'Alata

Alata, France

Sur les 11 000 kilomètres de réseaux électriques domestiques que compte la Corse, 5 000 environ sont sous-terre, selon les chiffres d’EDF. S’il y a 10 ans le nombre de foyers coupés lors d'une tempête était plus important, dit-on du côté des syndicats d’électrification, les incidents sont encore nombreux. 

Exemple à Alata : 3 500 habitants, 450 clients coupés durant la tempête. Parmi ceux qui se sont retrouvés sans courant, Josée Mezzacqui, et son bar au col du Prunu. 

« On n’a pas eu de courant durant trois jours de suite. Plus de lumière, plus de téléphone, plus de boissons fraîches…Et dès qu’il y a un petit orage, il n’y a plus de courant ! », s’étonne la gérante. 

Un pin déraciné par la tempête, découpé par une entreprise d'élagage à Alata. - Aucun(e)
Un pin déraciné par la tempête, découpé par une entreprise d'élagage à Alata. - Julien Carta - Facebook

Appel au bon sens des propriétaires

En d’autres termes, les coupures sont la règle dans le village en cas de tempête. La commune a fait appel à un élagueur, auquel il faudra au total 15 jours de travail pour couper branches et troncs déracinés. Le maire Etienne Ferrandi est pour l’enfouissement et l’a même rendu obligatoire pour toute construction nouvelle, dans son Plan Local d’Urbanisme. Mais il en appelle aussi à d’autres solutions, du côté des propriétaires. 

« Bien sûr, l’idéal c’est l’enfouissement, mais après, il y a aussi l’entretien des ligne, avec l’élagage… Bien souvent, les gens voient passer une ligne EDF à côté de chez eux, ils ne pensent pas qu’il faut couper l’arbre pour éviter ces désagréments, et parfois, c’est leur propre arbre qui a coupé leur propre ligne ! ». 

Enfouir tous les réseaux : « C’est une utopie ».

Elaguer ça a toujours un prix, mais enfouir en a un autre. Suivant le terrain (composition, relief, couvert végétal…) et suivant l’urbanisation, les coûts sont variables. Le Syndicat de l’énergie de Corse du Sud explique faire en sorte que les nouveaux réseaux soient au maximum enfouis, mais que cela ne peut pas être la règle.

« C’est une utopie, car d’abord ça ne correspond pas aux objectifs que nous nous sommes fixés par exemple en Corse-Du-Sud et puis parce qu’il n’y a pas les moyens financiers suffisants à notre disposition. Depuis 2011, le syndicat s’est employé à renforcer tous les réseaux pour répondre à toutes les demandes d’urbanismes qui nous  sont présentées. La deuxième priorité est la sécurisation des réseaux. Cela permettra de mettre un terme aux coupures mais aussi aux départs de feu ».  Pierre-Paul Cesari, directeur général des services.

A titre d’exemple, le programme d’enfouissement de la commune d’Ulmetu coûtera environ 4 M€, à partager entre le syndicat et l’Etat. 

Pierre-Paul Cesari, directeur général des services du Syndicat d'Energie de Corse-Du-Sud.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu