Basket – Handball – Volley

VIDÉO | Hand : Nikola Karabatic, international français et recrue du PSG, invité de Stade Bleu

Par Germain Arrigoni, France Bleu dimanche 6 septembre 2015 à 20:00

Nikola Karabatic, le fer de lance des Bleus
Nikola Karabatic, le fer de lance des Bleus © Maxppp

Nikola Karabatic était l'invité de l'émission Stade Bleu ce dimanche. Le triple champion du monde de handball et nouvelle recrue du PSG était interviewé par Jacques Vendroux, patron des sports de Radio France. Retrouvez également les réponses aux questions posées par les internautes de France Bleu !

Après Laurent Blanc, un autre invité exceptionnel de Stade Bleu. Nikola Karabatic  a répondu aux questions de Jacques Vendroux, le patron des sports de Radio France.

Trois fois champion du monde _ (2009, 2011, 2015), _trois fois champion d'Europe (2006, 2010, 2014) et deux fois champion olympique (2008, 2012), le fer de lance des Bleus a signé au Paris Saint-Germain cet été . A 31 ans, il revient en France après avoir porté successivement les maillots de Montpellier (2000-2005 et 2009-février 2013), Kiel (2005-2009), Aix-en-Provence (février-juin 2013), et Barcelone. 

Après un été mouvementé où il a été condamné à 10.000 euros dans l'affaire des paris suspects, Nikola Karabatic (1,96 m, 107 kg) devrait jouer son premier match de championnat avec Paris  en D1 le 9 septembre contre Nîmes.

Nikola Karabatic, invité de Stade Bleupar francebleu

Sur le PSG

"Paris, c'est une ville où l'on peut construire un grand club de hand."

"C'était soit venir à Paris, soit rester à Barcelone pour prolonger mon contrat et probablement finir ma carrière là-bas. C'était un choix difficile car les deux vies sont complétement différentes."

"C'est un nouveau défi. Revenir en France, où il y a un engouement, de très bons joueurs, et un club qui a de grandes ambitions comme gagner la Ligue des Champions." 

Sur Barcelone

"Barcelone, c'est un style de vie différent. Les horaires changent beaucoup : on mange entre 14h et 16h, les entraînements sont le midi, le soir on va au restaurant à 22h." "C'est une ambiance plus festive, détendue." "C'était fantastique : évoluer avec le maillot blaugrana, gagner la Ligue des Champions,  c'est le plus grand club omnisports au monde. On l'espère le dépasser avec le PSG maintenant." 

Sa passion pour le hand

"Le sport est ultra important dans notre société : le respect de l'autre, le partage, lien social..." "Le hand, c'est plus qu'une passion, c'est en nous dans notre famille." "Ce dont je rêvais quand j'étais petit, c'est ce que je fais aujourd'hui : le handball." "Mon métier c'est ma passion, je me sens privilégié. Très chanceux et j'ai beaucoup travaillé pour et je travaille encore. C'est mérité mais c'est aussi chanceux." 

Sa première sélection

"Ma première sélection avec l'équipe de France c'était contre la Russie à la Worldcup. J'avais 18 ans. Je suis entré en fin de match et j'ai mis deux buts dont une passe de Jackson Richardson et on gagne le tournoi. Un gamin qui vit son rêve."

Sa haine de la défaite

"A l'école, à la récré, perdre m'a toujours énervé et attristé. C'est dans mon ADN." "Je sais que je fais partie des meilleurs joueurs de handball au monde. C'est une motivation." "Dans le sport moderne, le travail est devenu prépondérant. Plus aucun sportif ne peut y arriver avec le talent. Il y a des doses de travail derrière. En dehors et pendant les entrainements. On n'y arrive pas par hasard."

Nikola Karabatic, au micro de Jacques Vendroux - Radio France
Nikola Karabatic, au micro de Jacques Vendroux © Radio France

Karabatic répond aux internautes de France Bleu

Vous avez été des dizaines à nous envoyer vos questions à poser au joueur parisien. Quatre d'entre elles lui ont été posées. Voici ses réponses.

Nikola Karabatic répond aux questions des...*par francebleu

Maurane de Saint-Malo-de-Guersac : "Quel est ton meilleur souvenir depuis que tu fais du handball ? L’équipe de France ou en club ?" Nikola Karabatic : "Mon premier titre olympique en 2008 à Pékin car les JO c'est la plus belle compétition pour un handballeur.  

Mélanie de Paris : "Vous arrivez dans une équipe composée de grands joueurs. Comment trouver sa place? Y a-t-il des querelles d'ego ?" NK : "Pour un moi un grand joueur est fort sur le terrain mais aussi en dehors et qui sait mettre son ego de côté. A Paris, on a des grands joueurs mais aussi très intelligents qui savent jouer pour l'équipe. Il n'y a aucun souci. On est tous là pour que le PSG gagne. Qui marquera plus de buts ? On s'en fout (sourires).

Romain  de Montreuil : "Comment vivez-vous le fait que le handball soit moins médiatisé que d'autres sports comme le football. Quels sont les avantages et les inconvénients ? NK : "Les avantages, c'est que la plupart des handballeurs peuvent se balader tranquillement partout. L'inconvénient, c'est au niveau financier : le handballeur gagne moins que le footballeur. Mais il n'y a pas de jalousie. On veut juste que notre sport soit reconnu et que les gens puissent nous suivre. *** 

Guillaume de Marseille : "Nikola, un jour vous m'avez dit que vous étiez un supporter de l'OM. Qu'est-ce que ça vous fait de porter les couleurs du PSG ?"** NK : "J'aimais beaucoup l'Olympique de Marseille, Mais j'aime aussi le PSG. Ce que j'aime, ce sont les grands clubs, les grands joueurs. J'étais fan de l'OM en 1992. J'aime le PSG d'Ibrahimovic. Je ne suis pas supporter d'un club en particulier, je ne suis pas un fanatique. Je veux voir des beaux matches.

Nikola Karabatic avec le maillot du PSG en juillet lors de l'Eurohandball - Maxppp
Nikola Karabatic avec le maillot du PSG en juillet lors de l'Eurohandball © Maxppp