Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

DIRECT VIDÉO - 150 ans de la République : commémoration très politique pour Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu
France

Emmanuel Macron célèbre ce vendredi les 150 ans de la République. Un anniversaire rarement fêté mais que le chef de l'Etat compte bien mettre au service de son agenda politique.

Emmanuel Macron en 2018 lors de l'entrée au Panthéon de Simone et Antoine Veil.
Emmanuel Macron en 2018 lors de l'entrée au Panthéon de Simone et Antoine Veil. © Radio France - LUDOVIC MARIN

C'est un anniversaire que l'on ne célèbre quasiment jamais. Et pourtant c'est une date hautement symbolique. Ce vendredi, nous fêtons les 150 ans de la République. A cette occasion, Emmanuel Macron doit tenir un discours au Panthéon devant un parterre d'écoliers pour "rappeler ce que chaque français doit à la République", il doit également présider une cérémonie pour naturaliser cinq personnes. Le chef de l'Etat souhaite marquer le coup, c'est d'ailleurs son seul rendez-vous dans son agenda officiel

C'est donc le 4 septembre 1870 que Léon Gambetta a proclamé la Troisième République. Depuis l'Hôtel de Ville de Paris, celui qui devenu ministre de l'Intérieur ce jour-là, instaurait ce régime politique caractérisé par une constitution et un gouvernement élu par le peuple. Ce n'était pas vraiment une première pour le pays qui avait déjà par le passé connu deux autres Républiques : la Première (1792-1799) au lendemain de la Révolution française et la Deuxième de 1848 à 1852. Mais après un siècle politique troublé (le coup d'Etat de Napoléon, la Restauration, le Second Empire...), c'est véritablement la Troisième République qui permet de retrouver un peu de stabilité.

La Troisième République pose les bases de ce que l'on connait aujourd'hui

Si Emmanuel Macron a décidé de célébrer les 150 ans de cette République, c'est aussi parce que c'est à ce moment-là que commencent à se dessiner les contours de ce que l'on connait aujourd'hui. C'est par exemple à ce moment qu'est créé le Sénat Républicain, pour contrebalancer le poids de l'Assemblée Nationale. Jules Ferry rend l'école gratuite, obligatoire et laïque en 1881-1882. La séparation des Eglises et de l'Etat est actée en 1905. Mais surtout, depuis 1870, à l'exception des quelques années de l'occupation allemande durant la Seconde guerre mondiale, la France n'a jamais eu d'autre système politique que la République.

Ces 150 ans de la République tombent au bon moment dans l'agenda politique d'Emmanuel Macron. Car à un peu moins de deux ans de l'élection présidentielle et alors qu'il n'est pas au plus haut dans les sondages, le chef de l'Etat veut, à l'instar de ses prédécesseurs, veut rassembler la nation. Pour convaincre, il va jouer les cartes de la laïcité et de la République. Des thématiques au cœur de sept discours depuis son arrivée à la tête du pays, et qu'il va exploiter à fond ces prochains mois. 

Un projet de loi en ligne de mire

Le discours au Panthéon ce vendredi matin marque le coup d'envoi d'une série de mesures et d'annonces autour du communautarisme. Le 15 septembre, selon le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France, un déplacement est prévu "sur une terre où un travail de reconquête républicaine a été fait". Au delà des symboles, il y aussi un projet de loi : celui sur le séparatisme islamiste qui sera présenté en novembre en conseil des ministres. Le gouvernement pense aussi à instaurer une mesure obligeant les associations subventionnées à signer une charte des valeurs républicaines. Sans quoi, elles se feront couper les vivres. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess