Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Germinal Peiro : "le sud Dordogne a besoin d'un axe majeur, celui de la vallée de la Dordogne"

lundi 28 août 2017 à 9:10 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Germinal Peiro était le premier invité de la saison sur France Bleu Périgord ce lundi matin. Le président du conseil départemental est longuement revenu sur le dossier brûlant du contournement de Beynac mais aussi sur la rénovation TER de la ligne Bergerac/ Libourne

Germinal Peiro dans les studios de France Bleu Périgord
Germinal Peiro dans les studios de France Bleu Périgord © Radio France - Evelyne Gaillard

Beynac-et-Cazenac, France

Le président PS du conseil départemental de la Dordogne, Germinal Peiro, était le premier invité politique de la saison 2017/2018 sur France Bleu Périgord ce lundi matin.

Il est longuement revenu sur le projet très contesté de contournement de Beynac. Car les élus écologistes de la région, mais désormais également Jacquline Dubois, députée LREM du sarladais se sont prononcés contre ce projet.

"Madame Dubois, je ne la connais pas, en 60 ans de vie en sarladais, je l'ai vue deux fois dans ma vie" explique Germinal Peiro

"Ce que je sais c'est qu'elle ne connaît rien à cette affaire-là, je crois que ça n'a pas beaucoup d'intérêt" tacle l'élu départemental, un brin agacé

"Les opposants se sont beaucoup fait entendre, ils ont su occuper les médias, aujourd'hui une association pro contournement a été créée par des beynacois et se fait entendre. Elle organise un rassemblement dimanche 3 septembre, j'appelle tous ceux qui comprennent l'intérêt du contournement, à aller au pont de Fayrac, dimanche pour montrer leur attachement à la voie de la vallée" poursuit Germinal Peiro.

Germinal Peiro, sur France Bleu Périgord - Radio France
Germinal Peiro, sur France Bleu Périgord © Radio France - Antoine Balandra

Mais ce projet de voie routière, en plein cœur de la vallée très touristique des châteaux est-elle vraiment un projet "moderne", et pas "archaïque" comme disent les écologistes ?

"Les écologistes, ils étaient contre l'autoroute A89, si on avait écouté ce qu'ils disaient, on aurait rien fait" estime Germinal Peiro

"La Vallée de la Dordogne a perdu des milliers d'emplois en 30 ans, on se bat , on bute sur le problème de l'enclavement routier, le sud de la Dordogne a besoin d'un axe, celui de la vallée de la Dordogne" conclue le président du département.

L'autre dossier urgent, la rénovation de la ligne TER Bergerac/ Libourne

L'autre dossier urgent du moment, c'est celui de la rénovation indispensable et qui se fait attendre de la ligne ferroviaire Bergerac/ Libourne. Michel Delpon le député En Marche du bergeracois a annoncé ce week-end qu'il avait obtenu un rendez-vous avec la ministre des transports Elisabeth Borne le 20 septembre à Paris.

"Je serai au rendez-vous avec la ministre, Michel Delpon a pris une excellente initiative" note Germinal Peiro

"Aujourd'hui il faut 2h45 pour faire 166 km. On est un département où les mobylettes roulent plus vite que les trains" poursuit l'élu.

Mais le président du conseil départemental botte en touche quand on parle argent. "Nous n'avons pas été sollicités, c'est un dossier qui de ce point de vue, ne nous concerne pas, mais nous sommes bien évidemment intéressés au premier chef" explique Germinal Peiro.

Enfin Germinal Peiro a vivement critiqué la disparition programmée des emplois aidés, voulue par le gouvernement. "En Dordogne, cela fait peut être 2 à 3 mille personnes qui peuvent se retrouver au chômage dans quelques mois parce que leur association, leur collectivité, ne pourra plus les payer".