Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

3H15 de grand débat sur la fiscalité et les services publics à Noyant-de-Touraine, en présence d'une ministre

-
Par , France Bleu Touraine

La fiscalité et les services publics : c'étaient les deux thèmes retenus pour la réunion du jeudi 31 janvier à Noyant-de-Touraine, dans le cadre du Grand Débat National. La ministre de l'enseignement supérieur, Frédérique Vidal, y a participé. Les échanges ont été très cordiaux.

Les échanges entre la ministre Frédérique Vidal et les 150 participants ont duré plus de trois heures et quart
Les échanges entre la ministre Frédérique Vidal et les 150 participants ont duré plus de trois heures et quart © Radio France - Boris Compain

Indre-et-Loire, France

Le grand débat a fait salle comble, jeudi soir, à Noyant-de-Touraine : Plus de 150 personnes sont venus échanger avec Frédérique Vidal, la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Plus qu'à un dialogue, on a assisté à une succession de monologues, pendant 3h15, mais au final, l'exercice a semblé être apprécié par la grande majorité des participants.  

Des participants qui s'écoutent tous très respectueusement

Dans la salle, au moins 90% des participants ont plus de 50 ans. Cing gilets jaunes sont là : leurs questions ne seront, en rien, différentes de celles des autres participants. Les gens qui veulent parler lèvent la main, il n'y a pas de sélection. La première heure, une vingtaine de personnes évoquent la fiscalité : hausse du Smic, statut de l'auto-entrepreneur, création d'une nouvelle tranche d'imposition et déblocage des primes d'intéressement, notamment

La ministre s'exprime ensuite, pendant 25 minutes. Frédérique Vidal explique qu'elle n'est pas là pour répondre, mais pour synthétiser ce qu'elle a entendu pour être capable de le faire remonter correctement. L'intégralité du débat est enregistrée et sera retranscrite et transmise à la commission chargée de faire le tri entre toutes les propositions.

Les 150 sièges installés étaient occupés. Quelques gilets jaunes ont participé à ce débat sur la fiscalité et les services publics - Radio France
Les 150 sièges installés étaient occupés. Quelques gilets jaunes ont participé à ce débat sur la fiscalité et les services publics © Radio France - Boris Compain

Mea-culpa sur la hausse de la CSG pour les retraités

La seule fois ou Frédérique Vidal est interrompue, c'est lorsqu'elle parle de la hausse de la CSG et explique pourquoi cette augmentation a finalement été annulée pour 70% des retraités : "Pour augmenter le minimum vieillesse et l'allocation adulte handicapé, on s'est dit qu'on allait pouvoir jouer sur l'augmentation de la CSG pour les retraités. On s'est trompé. On est allé sur des retraités qui n'avaient pas assez de revenus pour permettre ça. _On a corrigé pour 70% d'entre eux. Mais augmenter la CSG tout de suite, alors que la suppression de la taxe d'habitation sera progressive, c'était une erreu_r". Une retraité présente dans la salle prend un micro : "Bonsoir Madame La Ministre, merci de vos réponses, mais j'ai été particulièrement choquée par cette augmentation de la CSG, comme ça, d'entrée, à froid, en opposant les actifs et les retraités. Moi j'ai beaucoup d'activités de bénévoles. Vous ne parlez que d'argent, mais ce sont les retraités qui font vivre la société".

1H35 sur la fiscalité, et autant sur les services publics

Deuxième thème retenu : les services publics. Là encore, comme quand on parlait fiscalité, quelques intervenants sont applaudis, mais aucun n'est coupé ou critiqué par les autres. A la sortie, quelques-uns estime que la ministre a trop fait le service après-vente des réformes du gouvernement, mais une majorité salue un bel exercice démocratique : "C'était un débat riche, un peu foisonnant, mais c'est nouveau et je pense qu'il peut en sortir quelque chose" dit un homme à l'issue de la réunion. Son interlocuteur est du même avis : "si il y a un autre débat du même genre, je suis certain d'y aller".