Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

40 ans après Mitterrand : "Ce n'est pas en défendant chacun sa boutique qu'on répond à une attente générale"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

40 ans après, la gauche regarde dans le rétro : le 10 mai 1981 le visage de François Mitterrand, vainqueur de la présidentielle s'affiche sur les tous les écrans de télé. Symbole d'une gauche unie derrière un homme. L'un de ses ministres Jean Auroux analyse cet anniversaire.

Jean Auroux, ancien ministre socialiste.
Jean Auroux, ancien ministre socialiste. © Maxppp - Yves SALVAT

40 ans après, la gauche regarde dans le rétro : le 10 mai 1981 le visage de François Mitterrand, vainqueur de la présidentielle s'affiche sur les tous les écrans de télé. Symbole d'une gauche unie derrière un homme. L'un de ses ministres Jean Auroux, ancien maire de Roanne (Loire), analyse cet anniversaire.

Intreview - Jean Auroux

Jean Auroux, où étiez vous ce 10 mai 1981 ?

Jean Auroux, ancien maire de Roanne - Ce jour-là, j'étais redescendu dans ma mairie pour suivre les résultats et j'avoue que ça a été un grand moment. On a vu la télévision le visage un peu dégarni. D'abord, au début, on se demandait si c'était Giscard ou Mitterrand. Et puis après, à grands moments d'émotion surtout. Progressivement, les gens se sont déplacés pour venir devant l'hôtel de ville. Il y a quarante ans, il n'y avait pas de smartphone. Et là, il y a eu des grands moments d'émotion parce que c'était à la fois la victoire de la gauche mais ce n'est pas simplement la victoire de Mitterrand. Pour moi, c'est la victoire aussi des électeurs parce qu'ils se retrouvaient d'une certaine manière, via leur futur président de la République, à participer à la vie de la nation d'une nouvelle manière.

Ce qui détonne par rapport à la situation de la gauche aujourd'hui, c'est que François Mitterrand avait réussi à réconcilier cette gauche là. Aujourd'hui on est très loin de tout ça. Il est loin l'héritage de François Mitterrand à ce niveau là ?

Je n'aime pas trop parler d'héritage mais plutôt de savoir si son action ouvre de nouvelles perspectives aujourd'hui. Je rappelle que Mitterrand, en 1971 au congrès d'Epinay, a rassemblé tout le monde. Il faut quelqu'un qui ait les capacités d'être unitaire et il faut que les partis politiques de gauche quittent leur pré carré et pensent à l'intérêt global pour entrer dans le grand choc d'espérance parce que les gens attendent des choses et ce n'est pas en défendant sa boutique qu'on répond à une attente générale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess