Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

40 ans de l'élection de François Mitterrand : "à Saint-Étienne ça brassait, ça klaxonnait, on y croyait"

C'est une date historique pour la gauche, mais un souvenir encore aussi dans l'esprit de nombreux Français quelles que soient leurs opinions politiques : le 10 mai 1981, il y a 40 ans, François Mitterrand remportait la présidentielle et devenait le premier président socialiste de la Ve République.

Les unes des journaux du 11 mai 1981, notamment la Tribune-Le Progrès.
Les unes des journaux du 11 mai 1981, notamment la Tribune-Le Progrès. © Radio France - Tifany Antkowiak

En regardant les unes des journaux du 11 mai 1981, qu'il a gardés dans ses archives, Jean-Paul Chartron se replonge immédiatement dans ses souvenirs, "de bons souvenirs", sourit l'ancien premier secrétaire de la fédération du PS dans la Loire. "C'était la _première grande victoire de la gauche depuis 25 ans_, toute une génération n'avait connu que le gaullisme et les successeurs du gaullisme, 1981 a montré que l'alternative était possible, ça nous donnait beaucoup d'espoir", résume ce militant socialiste appelou de longue date. 

Les militants en liesse à la Bourse du travail de Saint-Étienne

Le soir du 10 mai 1981, Jean-Paul Chartron est à Firminy, il a 29 ans, et il célèbre la victoire de François Mitterrand à la présidentielle avec d'autres militants de gauche. "Mais rapidement on est allé à Saint-Étienne, c'est là que ça bougeait, surtout à la Bourse du travail avec les discours. Et même dans la rue, des gens klaxonnaient, montaient sur les capots des bagnoles, on y croyait, on se disait que ça allait changer", se rappelle-t-il.

Sur cette photo parue dans la presse en mai 1981, Jean-Paul Chartron (au centre) et d'autres militants socialistes célèbrent la victoire de François Mitterand à la Bourse du travail de Saint-Étienne.
Sur cette photo parue dans la presse en mai 1981, Jean-Paul Chartron (au centre) et d'autres militants socialistes célèbrent la victoire de François Mitterand à la Bourse du travail de Saint-Étienne. - Archives personnelles de Jean-Paul Chartron

Il avait plu toute la journée à Saint-Étienne, c'était l'eau des sources nouvelles

C'est aussi à la Bourse du travail que Michel Debout a savouré la victoire. Ancien premier secrétaire de la fédération de la Loire du PS, il était lors des deux élections présidentielles, le délégué départemental de campagne de François Mitterrand. "On ne pouvait plus rentrer, tellement il y avait de monde. Il pleuvait ce jour-là. J'ai un souvenir très précis car quand j'ai pris la parole, j'ai commencé en disant : « il a plu toute la journée, c'était l'eau des sources nouvelles ». Et ce qui lui reste aussi nettement c'est "la joie sur les visages, celle d'un peuple de gauche qui n'avait connu que des défaites, pour lequel les soirées électorales étaient tristes (...). C'était le début d'un véritable changement de la société !", souligne Michel Debout.

L'espoir des grandes réformes

"Changer la vie", c'était le nom du programme défendu par François Mitterrand, un programme décliné en 110 propositions. "Et effectivement ça a changé les deux premières années, avec le nombre de réformes engagées", souligne Jean-Paul Chartron. Pour lui, les grandes réformes sont surtout sociales, comme la semaine de 39 heures et  la cinquième semaine de congés payés. Il cite aussi l'abolition de la peine de mort. 

Et les lois Auroux, du nom de Jean Auroux, ancien ministre du Travail et ancien maire de Roanne. 

Il ne sera pas le seul ministre originaire de la Loire sous l'ère Mitterrand, puisqu'il y a eu aussi le communiste Charles Fiterman aux Transports. Suivront aussi la Stéphanoise Huguette Bouchardeau à l'Environnement et Michel Durafour ancien député-maire de Saint-Étienne, qui rejoindra le gouvernement en 1989, chargé cette fois de la Fonction publique et aux réformes administratives. 

"Après ces deux ans de réforme, on a été un peu déçus avec la rigueur en 1983", admet Jean-Paul Chartron. Surtout, l'ancien responsable du PS de la Loire ne se souvient pas avoir ressenti des émotions aussi fortes que le 10 mai 1981 : "les élections suivantes, ce n'était pas pareil, on était dans l'alternance, et puis même en 2012, avec François Hollande, on était heureux mais ça ne suscitait pas le même espoir"

Une affichette de campagne de mai 1981
Une affichette de campagne de mai 1981 - Archives personnelles de Jean-Paul Chartron
Choix de la station

À venir dansDanssecondess