Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

63% d’abstention aux élections dans la Somme : "c’est triste que les électeurs ne se sentent pas concernés"

Par

C'est la réaction de Stéphane Haussoulier, le président sortant du conseil départemental de la Somme au lendemain du premier tour des départementales et des régionales. Près de deux électeurs sur trois ne se sont pas rendus aux urnes ce dimanche.

Le bureau de vote de l'école Bapaume à Amiens Le bureau de vote de l'école Bapaume à Amiens
Le bureau de vote de l'école Bapaume à Amiens © Radio France - Claudia Calmel

C'est un nouveau désaveu pour la classe politique. Près de deux électeurs sur trois ne sont pas allés voter, ce dimanche, pour le premier tour des régionales et des départementales dans la Somme. L'abstention dépasse les 63% pour les deux scrutins (63,18% pour les départementales et 63,22% pour les régionales).

Publicité
Logo France Bleu

"On avait déjà vu tout ce désamour au moment des municipales et des présidentielles"

L'abstention se positionne, quelque part, comme le premier parti de ce double scrutin. Une situation que déplore Stéphane Haussoulier, le président sortant du conseil départemental de la Somme, lui-même candidat de la liste d'union de la droite eu du centre "Unis pour la Somme" dans le canton d'Abbeville 2 : "C'est toujours très triste que la démocratie soit convoquée et, qu'au final, les électrices et électeurs ne se sentent pas concernés. Alors même que le quotidien des gens est rythmé par les collectivités territoriales. On avait déjà vu tout ce désamour au moment des municipales et des présidentielles. D'habitude, ce sont souvent les élections qui mobilisent le plus fortement. Mais il faut aussi admettre que c'est extrêmement compliqué : entre le département qui s'occupe des collèges, des routes et du social, la région des lycées et de beaucoup d'autres chose... En fait, ça apparaît comme secondaire aujourd'hui. Je pense qu'il faut tirer des enseignements de ce qu'il s'est passé.__"

Stéphane Haussoulier, le président sortant du conseil départemental de la Somme © Radio France - Claudia Calmel

Une confortable avance pour la majorité départementale

Il y a vingt-trois cantons dans la Somme. La majorité actuelle de droite et du centre arrive en tête dans quatorze cantons. Elle est donc bien placée en pour conserver le département. Mais Stéphane Haussoulier préfère rester prudent : "C'est une grande satisfaction : beaucoup de mes collègues se trouvent aujourd'hui dans une position plutôt favorable. Mais je n'oublie pas que tout est à refaire le week-end prochain__. Il faut encore que les gens se saisissent de cette élection et qu'ils se disent que tout n'est pas fait. Certains collègues de la majorité sortante ont fait des scores qui ont dépassé les 50 %, mais n'ont pas étés élus puisqu'ils n'ont pas recueilli 25% des inscrits. Il n'y a qu'un seul canton où les conseillers départementaux ont été élus dès le premier tour (celui de Flixecourt, ndlr) : dans les vingt deux autres cantons, le corps électoral sera convoqué le week-end prochain."

Une net recul du Rassemblement National dans la Somme

Un des faits marquants de ce scrutin départemental dans la Somme est le recul du Rassemblement National. Le parti s'effondre par rapport au premier tour de 2015 : il est arrivé en tête dans quatre cantons, contre douze il y a six ans et n'est pas sûr de conserver son unique canton à Corbie. Un recul assez prévisible selon Stéphane Haussoulier : "Très souvent, les candidats du RN étaient absents, peu implantés : c'était souvent des gens qui étaient parachutés de je-ne-sais-où. Preuve en est que quand on a un bilan à présenter, quand on agit sur le terrain, on peut compter sur le soutien de ceux qu'on a croisés au quotidien : un élu local, c'est avant tout un élu de proximité."

Un appel à faire barrage au RN

Dans trois cantons (Amiens 1, Péronne, Roye), le Rassemblement National arrive en tête, suivis par la gauche et la majorité sortante. Stéphane Haussoulier que la majorité appellera à se faire bloc pour contrer le parti de Marine Le Pen : "la position de la majorité a toujours été claire : il n'est pas question que nos voix puissent aller alimenter des candidatures du Front national. L'ambiance que crée ce parti dans une assemblée est assez particulière.  J'appelle donc celles et ceux qui ne se retrouvent pas dans les valeurs du Front national à s_'y opposer en votant pour le candidat qui n'est pas celui du Front national.__"_

L'interview complète de Stéphane Haussoulier est à réécouter ici .

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu