Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Statut de résident corse, municipales... Jean Félix Acquaviva fait entendre sa différence

-
Par , France Bleu RCFM

Le député de la deuxième circonscription de la Haute-Corse a fait sa rentrée ce lundi sur RCFM. Jean-Félix Acquaviva a passé en revue tous les sujets brûlants de la rentrée.. et écarté un peu plus encore la perspective d'une union des nationalistes au premier tour des municipales.

Jean-Félix Acquaviva, invité de Vinti Minuti, l'émission politique de RCFM
Jean-Félix Acquaviva, invité de Vinti Minuti, l'émission politique de RCFM © Radio France - Patrick Vinciguerra

Corse, France

Il y a de très fortes chances que la réforme de la Constitution n'aboutisse pas d'ici la fin du quinquennat

Après être revenu sur la venue en fin de semaine dernière de Jacqueline Gourault, Jean-Félix Acquaviva a évoqué la réforme de la Constitution, qui on le sait concernerait la Corse.  Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, a annoncé qu'elle se ferait, mais sans préciser quand. Le député nationaliste n'y croit plus :

"Je suis très pessimiste sur la poursuite de la réforme de la Constitution. Dès lors que le Premier ministre a pu dire qu'elle était renvoyée à après les municipales pour voir si une majorité pouvait se dégager au sénat, donc après 2020, il y a très peu de chances que l'on puisse trouver une place pour cette réforme avant 2022" (...) Ensuite, même si la Corse n'est plus un chiffon rouge pour le sénat (Gérard Larcher l'a confirmé lors de sa venue à Ajaccio), est-ce que sur les autres sujets il y aura une majorité des trois cinquièmes ?  Nous sommes dépendants de cette évolution  qui concerne la vie politique française... et on peut dire qu'il y a de très fortes chances que cette réforme n'aboutisse pas d'ici la fin du quinquennat"

Jean-Félix Acquaviva ne croit plus enune réforme de la Constitution avant la fin du quinquennat

Jean-Félix Acquaviva sur les bancs de l'Assemblée nationale - Maxppp
Jean-Félix Acquaviva sur les bancs de l'Assemblée nationale © Maxppp -

Nous sommes tout à fait favorables au statut de résident (...) mais nous ne partageons pas tous les propos de Corsica Libera

Récemment dans un tract, Corsica Libera a relancé le débat sur le statut de résident, menaçant d'expropriation ceux (non corses) qui dès à présent achèteraient dans l'île. Femu a Corsica, qui a voté ce statut en 2014, aurait-elle pu cosigner cet avertissement ? Pas vraiment, répond Jean-Félix Acquaviva : 

"Nous sommes à Femu tout à fait favorables au statut de résident qui n'est pas du tout discriminatoire (...) maintenant sur la façon de le porter et d'arriver à convaincre autour de ça, nous ne partageons pas tous les propos de Corsica Libera". Corsica Libera précise que cet avertissement, cette menace émane non pas d'un groupe d'opposition, mais d'un partenaire de la majorité territoriale, cela vous gêne d'être associés ? "D'être associés à des propos qui sont certainement, très certainement, maladroits, évidemment. Et on le dit à nos partenaires de Pè a Corsica quand on se retrouve en commission de coordination"

Le statut de résident oui, les menaces d'expropriation non

Il y aura des endroits où ce sera possible au premier tour,  d'autres non ; mais au second tour, les convergences seront nécessaires

Union ou pas dès le premier tour des municipales entre les trois forces de la majorité territoriale (Femu, Corsica Libera et le PNC) ? A moins de sept mois de l'échéance, cela semble peu probable, malgré les demandes réitérées des indépendantistes et des amis de Jean-Christophe Angelini. Jean-Félix Acquaviva, le chef de file de Femu, le confirme :

"Aujourd'hui il y a des listes de rassemblement auxquelles nous travaillons, des listes d'ouverture vers la société corse, pas forcément des forces organisées (...) donc il y aura des endroits où ce sera possible, d'autres où ça ne sera pas possible au premier tour, mais au second tour, les convergences seront nécessaires".  Sur Ajaccio, soutiendrez-vous Jean-André Miniconi qui s'est déjà déclaré ? "Jean-André Miniconi est adhérent de Femu. Il a présenté sa candidature devant le comité territorial  qui pour l'instant à un avis très favorable vis-à-vis de sa candidature... Evidemment qu'on s'achemine vers un rassemblement de ce type."

L'union des nationalistes dès le premier tour des municipales de moins en moins probable

Choix de la station

France Bleu