Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Ajaccio, la maison carrée pâtira-t-elle des secousses politiques ?

-
Par , France Bleu RCFM

Une question qui peut se poser après le dernier conseil municipal. Lundi dernier, après un échange musclé, Laurent Marcangeli a décidé de retirer à l'élue Marie-Antoinette Santoni-Brunelli ses délégations à la communauté d'agglomération et à la mairie.

La Mairie d'Ajaccio, Corse-Du-Sud
La Mairie d'Ajaccio, Corse-Du-Sud © Maxppp - CAROLINE BLUMBERG

Cela a beaucoup fait réagir, d'autant plus que déjà par le passé, d'autres tensions se sont faites jour dans la majorité. A moins de quatre mois des élections territoriales, le maire d'Aiacciu et candidat déclaré du centre-droit a-t-il été trop dur dans le message envoyé ?  

Autour de lui, la majorité semble faire bloc. "Un défaut d'information (auprès de l'élue ndlr), oui, mais aucune malice", assure Antoine Maestrali. Le chef de cabinet de Laurent Marcangeli pointe surtout la manière employée par l'élue déléguée au développement économique dans son intervention, hors protocole. Très en colère ce lundi-là, Marie-Antoinette Santoni-Brunelli ne souhaite plus en parler aujourd'hui. 

"La majorité reste unie", assure cela dit Christelle Combette. L'élue municipale et territoriale n'est "aucunement inquiète" de l'impact de cet incident sur la campagne de Laurent Marcangeli aux territoriales en juin prochain.

Cela dit, les nationalistes s'en servent déjà pour leur campagne à eux."Une scène très violente, perturbante", s'émeut Danielle Antonini de Femu A Corsica, présente ce jour-là."Je vous laisse imaginer une telle situation à échelle territoriale", ajoute-t-elle.  Le PNC Jean-François Casalta lui ne se prive par pour parler d'"autoritarisme", que subiraient les conseillers de la majorité municipale. 

En interne, un contrat non-renouvelé

Autre expression, cette fois sur la toile, celle d'un départ annoncé en interne. La Directrice générale adjointe à la culture de la mairie a fait savoir publiquement sur Facebook qu'elle ne renouvelait pas son contrat, et qu'elle reprendrait au mois de mai des fonctions à la Collectivité de Corse (où elle exerçait déjà il y a deux ans avant son détachement, ndlr). Yolaine Lacolonge parle de "divergences de points de vue", sans vouloir commenter au-delà. L'élue adjointe à la culture Simone Guerrini assure, pourtant, que "les relations étaient excellentes", avec sa directrice.

"Aucun lien avec Marie-Antoinette Santoni Brunelli", assure-t-on en outre du côté du cabinet de Laurent Marcangeli. Un départ annoncé ce 25 février mais décidé, précisons-le, en début de mois, et qui serait peut-être passé inaperçu dans un autre contexte. Au contraire, ici, les nationalistes le soulignent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess