Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Auxonne, les électeurs Rassemblement national s'abstiennent

-
Par , France Bleu Bourgogne

"73%" serait le pourcentage de l'électorat du Rassemblement national abstentionniste selon Julien Odoul, tête de liste aux régionales de Bourgogne-Franche-Comté, et arrivé 3e. Le RN n'est pas non plus parvenu à rafler de canton.

La rue principale d'Auxonne
La rue principale d'Auxonne © Radio France - Christophe Tourné

Pour ce second tour, le taux d'abstention en Côte d'Or atteint les 63.46% pour les élections départementales, et 62.84% pour les régionales. Et le Rassemblement national n'a pas su mobiliser ses électeurs : Julien Odoul ne récolte que 23.78% des voix, arrivant en troisième position derrière Marie-Guite Dufay (du Parti Socialiste, alliée aux Verts) et Gilles Platret (Les Républicains). 

Le coup est plus dur du côté des élections départementales : aucun des binômes encore en lice pour le second ne réussit à s'imposer. Ils étaient présents à Auxonne, Is-sur-Tille, Ladoix-Serrigny et Saint-Apollinaire. 

"Mauvaise organisation"

À Auxonne, le binôme RN Karine Fleck/Franck Gaillard est battu par celui de l'UDI Marie-Claire Bonnet-Vallet/Sébastien Sordel, 68.27% des suffrages contre 31.73%. 

Une vraie démobilisation de l'électorat du Rassemblement national que René Lioret, secrétaire départemental du RN en Côte d'Or, et candidat aux départementales, estime que cette abstention est due à la mauvaise organisation du scrutin. "Il y a d'abord eu cafouillage sur la date de la tenue des scrutins. Ensuite, toutes les professions de foi des candidats au départementales n'ont pas été envoyées. Evidemment, dans ces conditions, difficile de réussir à mobiliser nos électeurs" explique-t-il. 

Des électeurs "désabusés"

Gaétan ne s'est pas déplacé, ni pour le premier tour, ni pour le second. "Ça ne sert plus à rien de voter. Je me dis que de toutes façons, ma voix ne comptera pas. Ce n'est même pas que je n'ai plus d'espoir pour que les choses changent, j'ai simplement l'impression qu'on ne m'a jamais permis d'espérer" déclare-t-il. 

Mais Carlos, qui s'est abstenu durant les deux tours, n'est pas seulement pessimiste, il est aussi en colère. "J'estime qu'aujourd'hui, cette démocratie ne vaut plus grand chose. Puis avec un tel taux d'abstention, peut-on vraiment estimer que les gagnants sont légitimes ?" questionne-t-il. 

Alice, elle s'est tout simplement désintéressée. "Quoi que l'on vote, les résultats sont toujours les mêmes. Alors forcément, au final, on ne vient plus. Je ne sais même pas qui était binôme à Auxonne" conclut-elle. 

Un désintérêt grandissant, mais qui, selon ces électeurs, sera peut-être résolu l'année prochaine, à l'occasion des présidentielles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess