Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La collectivité européenne d'Alsace

À cent jours de la Collectivité européenne d'Alsace, le temps des divergences

-
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Le 1er janvier 2021 sera créée la Collectivité européenne d'Alsace, résultat de la réunion du Haut-Rhin et du Bas-Rhin dans un "super-département". Mais la présidence et le siège restent des sujets de friction.

Conseil départemental du Haut-Rhin, le 9 avril 2020
Conseil départemental du Haut-Rhin, le 9 avril 2020 © Maxppp - Thierry GACHON/PHOTOPQR/L'ALSACE

Ils ont affiché une belle entente pendant des mois. Mais pour Frédéric Bierry, le président du conseil départemental du Bas-Rhin, et Brigitte Klinkert, ex-présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, devenue ministre, l'heure est aux divergences. Les deux chevilles ouvrières de la future Collectivité européenne d'Alsace, qui sera lancée le 1er janvier 2021, n'échangent plus qu'a minima, selon leurs proches.

La Collectivité européenne d'Alsace regroupera le Haut-Rhin et le Bas-Rhin dans un "super-département" aux compétences élargies, en matière de bilinguisme, de transfrontalier, de tourisme, ou encore gestion des axes routiers. Mais à cent jours du lancement, deux sujets de frictions ont émergé : la présidence et le siège de cette future entité unique en France.

Le siège à Strasbourg ou Colmar ?

Brigitte Klinkert souhaiterait une gouvernance tournante : qu'un Haut-Rhinois et un Bas-Rhinois occupent alternativement le poste de président, chacun trois ans. Frédéric Bierry est quant à lui favorable à un président fort, qui porterait un projet fédérateur pendant six ans. Il se verrait bien endosser le costume.

Sur la question délicate du siège, il sera provisoirement fixé à Strasbourg à partir du 1er janvier prochain, puis ce sont les nouveaux conseillers d'Alsace, élus en mars prochain, qui devront trancher avant fin juin. Frédéric Bierry milite pour que Strasbourg soit le siège permanent, d'autant que la future collectivité porte le nom d'européenne. Brigitte Klinkert plaide pour Colmar, afin d'éviter le centralisme strasbourgeois. Le gouvernement serait favorable à une solution mixte, un siège à Strasbourg et de nombreuses sessions plénières à Colmar.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess