Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

A Clichy-sous-Bois, Agnès Buzyn visite une crèche modèle de la lutte contre la pauvreté

jeudi 19 juillet 2018 à 18:14 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

La ministre de la santé et des solidarités, Agnès Buzyn, a visité ce jeudi matin une crèche de Clichy-sous-Bois, qui réserve une partie de ses places à des enfants de parents demandeurs d'emploi ou en insertion. Un modèle pour préparer le plan pauvreté du gouvernement.

Visite d'Agnès Buzyn, ministre de la santé et des solidiarités, à Clichy-sous-Bois
Visite d'Agnès Buzyn, ministre de la santé et des solidiarités, à Clichy-sous-Bois © Radio France - Rémi Brancato

Clichy-sous-Bois, France

La ministre de la santé et des solidarités prépare les annonces sur le plan pauvreté. Emmanuel Macron les a reportées à la rentrée de septembre mais ce jeudi, Agnès Buzyn a visité, à Clichy-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, la crèche de l'association Energie. Pour la ministre la lutte contre la pauvreté passe notamment par des mesures pour la petite enfance. Pour l'instant, aucune précision sur leur contenu ou le financement, mais le modèle d'Energie l'inspire.

Des places en crèche réservées pour les demandeurs d'emploi

Dans cette crèche, sur les 40 places, 20 sont réservées à des enfants de personnes orientées par Pôle Emploi ou les missions locales. Elles permettent donc à ces demandeurs d'emploi de faire garder leurs enfants pendant leurs recherches ou lors de formations. "J'évalue avec les fmailles leurs besoins" raconte Patricia Leblanc, la directrice. "A partir du moment où la personne est en formation on peut passer à temps plein pour l'enfant" ajoute-t-elle.

"Ce type de crèche sert merveilleusement les deux grands leviers pour lutter contre la pauvreté des familles : donner des chances très tôt à l'enfant et permettre aux familles de retrouver un emploi" commente Agnès Buzyn. La ministre entend mettre en place en priorité les mesures de la future stratégie de lutte contre la pauvreté dans des territoires expérimentaux. Et la Seine-Saint-Denis est évidemment dans le viseur.

La Seine-Saint-Denis s'inquiète des financements du plan pauvreté 

"L'Etat me dit 'engagez-vous davantage sur ces politiques' mais ça ne fait pas partie de mes dépenses obligatoires" s'agace Stéphane Troussel, président (PS) du conseil départemental, qui se dit par ailleurs partant pour expérimenter des mesures de ce plan pauvreté. Mais pour cela il exige des clarifications sur le financement des mesures :  "sur mes compétences dites obligatoires l'Etat me doit par exemple cette année 173 millions d'euros sur le seul RSA (Revenu de solidarité active) : il y a là quelques contradictions!" 

A l'occasion de cette visite à Clichy sous Bois, la ministre de la santé a aussi signé une convention avec la branche famille de la Sécurité sociale (la CNAF, caisse nationale des allocations familiales), qui prévoit notamment l'ouverture de 30 000 places en crèches supplémentaires dans toute la France.