Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

A l'école de commerce de Lyon, Laurent Wauquiez "démolit" ses adversaires politiques

samedi 17 février 2018 à 10:15 - Mis à jour le samedi 17 février 2018 à 16:10 Par Typhaine Morin, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Les propos de Laurent Wauquiez devaient rester à l'école de commerce de Lyon, mais l'émission Quotidien, diffusée sur TMC, dévoile un enregistrement sonore du président de Les Républicains, dans lequel il tire à boulet rouge sur ses adversaires. Sarkozy, Darmanin, Macron : tout le monde y passe.

Laurent Wauquiez, président de Les Républicains
Laurent Wauquiez, président de Les Républicains © AFP - CHRISTOPHE ESTASSY

Lyon, France

Il avait pourtant prévenu les élèves de l'école de commerce de Lyon avec qui il s'entretenait : "si j'ai la moindre interface qui sort par le moindre élève, ça se passera très mal." C'est raté : l'émission Quotidien, animée par Yann Barthès et diffusée sur TMC, s'est procuré un enregistrement sonore des échanges que Laurent Wauquiez a eus avec les étudiants. Le président Les Républicains y dézingue ses adversaires politiques. Et tout le monde - ou presque - y passe. 

Darmanin, Sarkozy et Macron

  • La chancelière allemande Angela Merkel ? "Pour lui trouver du charisme, il faut vraiment se lever de bonne heure.
  • Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, visé par une plainte pour viol classée sans suite ? "C'est du Cahuzac puissance 10. Le type sait très bien ce qu'il a fait, il sait très bien ce qui va arriver, (...) je ne lui promets pas un grand destin. Ca va faire très mal, et ça va devenir l'incarnation de ce qu'a été Cahuzac. (...) Il va tomber."
  • L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy ? Il "en était arrivé au point où il contrôlait les téléphones portables de ceux qui rentraient en Conseil des ministres. Il les mettait sur écoute pour pomper tous les mails, tous les textos et vérifier ce que chacun de ses ministres disait au moment de rentrer en Conseil des ministres."
  • La défaite de François Fillon à la présidentielle ? Emmanuel Macron "a eu un alignement de planètes assez inespéré. Que Fillon gagne la primaire et que derrière, il le démolisse, je suis sûr et certain qu'il l'a organisé. Je pense qu'ils ont largement contribué à mettre en place la cellule de démolition."

Un enregistrement "illégal", estime Laurent Wauquiez

Le président de Les Républicains dénonce ce samedi la diffusion de ces propos. Il menace de "suite judiciaires" après cet enregistrement qu'il estime "illégal". "Les propos qui ont été diffusés par l'émission Quotidien ont été enregistrés de façon illégale, avec des méthodes peu déontologiques qui ouvrent la voie à des suites judiciaires". 

"Diffamation, injures et vulgarité"

Pour la députée des Yvelines LREM Aurore Bergé, ex-membre de Les Républicains, ces propos mettent "au jour qui est Laurent Wauquiez, dans la brutalité qui est la sienne". Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux parle de "diffamation, d'injures et de vulgarité". 

Chez Les Républicains, certains attaquent le procédé de l'émission de Yann Barthès. Pour le vice-président de LR Guillaume Peltier, "la méthode discrédite l'ensemble. On peut couper, on peut tronquer... (...) C'était un cours de jeu de rôles sur des situations irréelles, exceptionnelles liées aux rumeurs dans le monde politique". 

Excuses auprès de Nicolas Sarkozy

D'autres sont plus sévères. Un proche de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy confie que ce dernier "ne s'est jamais fait d'illusions sur Wauquiez. Il nous dit toujours qu'il est sans limites et capable de tout..." Nicolas Sarkozy dont l'entourage a démenti "formellement cette grotesque histoire d'écoutes". Laurent Wauquiez s'est excusé auprès de l'ancien chef de l'Etat, "qui en a pris note". 

Gérald Darmanin, lors d'un déplacement à Auch, dans le Gers, en marge du congrès des maires, estime quant à lui qu'il y a "de drôles d'enseignements dans de drôles d'écoles de commerce", et qu'il n'avait pas de commentaire à faire "sur les propos étonnants de M. Wauquiez."