Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

A Levallois-Perret, un premier conseil municipal sans Patrick Balkany et avec quelques tensions

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Il était le grand absent du conseil municipal de Levallois-Perret ce lundi soir : Pätrick Balkany, incarcéré pour fraude fiscale, a été remplacé par son épouse et première adjointe Isabelle Balkany. Une situation que déplore l'opposition.

Isabelle Balkany a présidé pour la première fois le conseil municipal de Levallois-Perret en l'absence du maire, incarcéré pour fraude fiscale
Isabelle Balkany a présidé pour la première fois le conseil municipal de Levallois-Perret en l'absence du maire, incarcéré pour fraude fiscale © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Levallois-Perret, France

Patrick Balkany avait beau être absent, c'est tout de même lui qui a ouvert en paroles le conseil municipal de Levallois-Perret lundi soir. "Le maire m'a chargée de vous transmettre son amitié et son affection à toutes et tous", lance Isabelle Balkany avant d'ouvrir la séance.

La première adjointe a répondu présente pour présider ce conseil municipal. Condamnée à trois ans de prison et dix ans inéligibilité, elle n'a pas fait pas l'objet d'un mandat de dépôt pour des raisons de santé.

L'ombre de Patrick Balkany

Pendant une heure et demi, l'ordre du jour est déroulé, délibération après délibération, presque comme si la situation n'avait pas changée. Les élus de l'opposition s'attaquent aux questions locales en laissant de côté l'aspect inédit de la situation. "Je crois que _Levallois est la seule ville de France où une personne ayant une condamnation à trois ans de prison est en train de gérer la ville_, lâche le divers-droite Arnaud de Courson en sortie de séance. Malheureusement, c'est comme ça, et je pense que moralement ils auraient pu faire autrement"

Quelques escarmouches ont émaillé la séance, avec des huées face aux critiques de l'opposition. C'est la socialiste Anne-Eugénie Faure qui a provoqué une levée de boucliers dans le public, en s'adressant à Isabelle Balkany comme "madame le maire suppléant". "Madame Faure a toujours eu un humour débridé", rétorque avec sarcasme la maire par intérim. 

Des échanges musclés mais pas d'attaque franche envers le couple Balkany. Du côté de l'opposition, on déplore une difficulté à se faire entendre. "Ça ne change pas, elle coupe la parole autant que le maire !", estime Arnaud de Courson. "On peut dire qu'ils battent le rappel depuis quelques temps, grince Anne-Eugénie Faure. A chaque événement judiciaire, leurs proches et militants font masse dans les tribunes"

Les rangs du public étaient pleins pour ce conseil municipal à part - Radio France
Les rangs du public étaient pleins pour ce conseil municipal à part © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Un départ demandé par les opposants

D'un point de vue légal, Isabelle Balkany peut tout à fait remplacer son mari à la tête de la mairie comme suppléante. L'opposition municipale voudrait tout de même la voir renoncer. "C'est immoral, juge Anne-Eugénie Faure, mais on attend pas d'eux qu'ils aient de la morale. Evidemment qu'elle devrait se retirer". "Je suis _moralement choqué mais je n'ai pas à m'opposer légalement_, acquiesce Arnaud de Courson. Je pense qu'elle aurait dû demander à un autre adjoint de prendre la main"

J'attends qu'ils partent ! On n'en peut plus que Levallois soit associé aux Balkany.

Dans le public venu en masse assister au conseil municipal, derrière les applaudissements, certains sont effarés de la situation. _"_Tout ce cirque est totalement indécent, estime Claire, levalloisienne de longue date. On a une élue qui est soi-disant en mauvais état de santé, ce qui ne lui permet pas de supporter l'incarcération, mais qui est en pleine forme pour organiser ce conseil municipal"

Isabelle Balkany a en effet répliqué à chaque critique de l'opposition. Mais la maire par intérim a fini par le reconnaître en fin de séance, en s'adressant à ses soutiens : "j'ai senti vos vibrations d'amitié et d'affection, leur a-t-elle lancé. Comme j'avais un trac épouvantable, ça m'a bien aidé".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu