Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Le pourquoi du comment

À quand un service national universel en France ?

mardi 26 juin 2018 à 4:24 Par Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

Le service militaire obligatoire a été supprimé par Jacques Chirac en 1997 mais Emmanuel Macron a promis, lors de sa campagne pour la présidentielle de réintroduire une version allégée du service militaire. Le projet se dessine mais suscite des réticences.

© Maxppp -

Yonne, France

Quelles sont les pistes évoquées pour ce projet de service national universel ?

Un groupe de travail, constitué de plusieurs personnalités qualifiées, a fait des propositions fin avril à l'Elysée. Parmi les idées avancées : Un service universel d'un mois pour les garçons et filles âgés de 18 à 21 ans. Autre piste, un service en deux temps. Une première phase de deux fois quinze jours après la classe de troisième, puis, un engagement volontaire de trois à six mois à effectuer avant l'âge de 25 ans. 

Un engagement plus civique que militaire pour, selon Emmanuel Macron : "Donner à notre jeunesse la possibilité de se réunir autour d'un enjeu commun en abattant toutes les barrières sociales". Certains recommandent même que ce service national universel soit obligatoire avant le passage du code de la route, du baccalauréat ou de concours administratifs.

Pourquoi ce projet de service national universel a-t-il du mal à avancer ?

Parce que cette idée est loin de faire l'unanimité. A commencer par les jeunes. Entre 700 et 900 000 seraient concernés par ce service universel chaque année. Et beaucoup n’y sont pas favorables comme Cédric rencontré à Auxerre "Pour moi c’est mort, j’ai un boulot maintenant et que ce service soit de trois ou six mois cela ne change rien. Cela ne sert à rien". 

À ses cotés Élise n’est pas au courant de ce projet mais espère qu’il ne passera pas car elle n’a aucune envie de sacrifier plusieurs mois pour un service civique et militaire obligatoire. En revanche Laurent est plutôt favorable à cette idée. "S’il faut y aller je le ferais, l’armée c’est bien quand on est sans rien et qu’on va plus à l’école".  Les syndicats lycéens et étudiants sont d’ailleurs vent debout contre ce projet. C'est une mesure démagogique selon la Fage premier syndicat étudiant. 

Le coût de cette mesure est aussi pointé du doigt : il est estimé entre deux et trois milliards d'euros par an  alors que le gouvernement n'arrive pas à débloquer un milliard d'euros pour l'enseignement supérieur argumente le syndicat étudiant. Rien n'est encore acté pour le moment, une consultation de la jeunesse sur ce sujet n'est pas écartée avant les arbitrages définitifs.

Comment cela se passe ailleurs en Europe ? 

Le service national obligatoire est encore très présent dans les pays d'Europe de l'Est comme en Norvège et Finlande. La Suède, elle, a rétablit le service militaire obligatoire il y a tout juste un après l'avoir pourtant aboli en 2010. Les Suisses, sont également très attachés à cet engagement des jeunes de 19 ans pour une période de 18 à 21 semaines. 

En revanche, le service national  a été aboli en Espagne, au Portugal, en l'Italie ou encore en l'Allemagne. Noter que ce sont les Britanniques qui les premiers en Europe ont supprimé le service national obligatoire. C'était en 1960.

Le Pourquoi du Comment - Radio France
Le Pourquoi du Comment © Radio France - France Bleu