Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

A Quimper, Emmanuel Macron salue "l'esprit de conquête" breton

jeudi 21 juin 2018 à 16:02 Par Typhaine Morin et Benjamin Bourgine, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Au second jour de sa visite en Bretagne, Emmanuel Macron a livré un discours fleuve à Quimper ce jeudi. Pendant plus d'une heure et demie, le chef de l'Etat a loué "l'esprit de conquête" de la région et a notamment parlé transports, agriculture et décentralisation.

Le chef de l'Etat a passé deux jours en Bretagne
Le chef de l'Etat a passé deux jours en Bretagne © AFP - Ludovic MARIN

Quimper, France

Devant trois à quatre cents personnes réunies place Saint-Corentin à Quimper, surtout des élus, Emmanuel Macron a prononcé ce jeudi un discours d'une heure quarante à l'occasion de sa visite de deux jours en Bretagne. Le président de la République a d'abord salué "l'esprit de conquête" breton, dans une région qui l'a élu il y a un an avec 75% des voix au second tour de l'élection présidentielle, c'est 10 points de plus que la moyenne nationale. 

"Droit à la différenciation"

Le chef de l'Etat a ainsi évoqué le "droit à la différenciation" pour la région Bretagne. Emmanuel Macron a proposé un "pacte breton" pour renforcer la décentralisation de cette "région exemplaire qui réussit ce qu'elle entreprend". "Tous les territoires n'ont pas les mêmes atouts et donc les mêmes rôles, a ajouté le chef de l'Etat. Les politiques doivent s'y adapter. Nous pensons une nouvelle génération de la décentralisation."

"Transformation des filières"

Sur le volet agricole, Emmanuel Macron s'est prononcé contre la réforme de la Politique agricole commune et la baisse de son budget proposée par la Commission européenne. Il a même jugé les propositions de la Commission "inacceptables". Le président de la République a aussi évoqué l'agriculture française, son modèle et notamment la filière bio "plébiscitée". Le chef de l'Etat préconise d'"avancer sur les conversions" et de "transformer en profondeur les filières". Une réunion sera organisée sur les filières à l'Elysée en juillet. Emmanuel Macron a annoncé qu'Olivier Allain, qui avait été en charge des états généraux de l'alimentation et qui s'occupe de l'agriculture à la région Bretagne, pilotera ce dossier

Le chef de l'Etat est revenu sur la fin du glyphosate et le renoncement à l'interdiction de cet herbicide d'ici 2021. "Faire la guerre des tranchées sur le glyphosate serait irresponsable". Emmanuel Macron préfère "accompagner les acteurs" et croit "qu'on va y arriver". 

Désenclavement de l'Ouest de Bretagne

Dans son discours, le président de la République est aussi revenu sur l'abandon de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qui avait à l'origine pour vocation de désenclaver le Grand Ouest. Emmanuel Macron a promis des investissements pour améliorer les liaisons aériennes, ferroviaires et routières avec l'objectif de mettre l'ouest de la Bretagne, Quimper et Brest notamment, à 1h30 de Rennes et à 3h de Paris. Dans une lettre ouverte adressée avant la visite, les principaux élus bretons avaient annoncé qu'ils attendaient "des engagements forts (...), des réponses concrètes et rapides" pour désenclaver leur région.

Côté transports routiers, Emmanuel Macron a annoncé que sur la RN164, seule la section de Mûr-de-Bretagne restera à faire à la fin de son mandat mais promet qu'elle sera financée : "je prends des engagements et je reviendrai en Bretagne pour en rendre compte."