Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

À quoi ressemble une réunion du grand débat national ?

jeudi 31 janvier 2019 à 5:00 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

Depuis plus de deux semaines, tout le monde peut organiser sa propre réunion dans le cadre du grand débat national. C'est ce qu'a fait un habitant de Ladon dans le Loiret. Huit personnes ont débattu pendant trois heures de sujets très variés.

Huit personnes se sont retrouvées pour cette réunion organisée chez un particulier.
Huit personnes se sont retrouvées pour cette réunion organisée chez un particulier. © Radio France - Cyrille Ardaud

Ladon, France

Prêts ? Débattez ! Depuis le 15 janvier dernier, le Grand débat national se tient à travers la France. C'est la réponse d'Emmanuel Macron au mouvement des gilets jaunes. Dans le Loiret, les premières réunions ont eu lieu à Orléans, Beaugency ou encore Ladon, dans le Montargois. Cette dernière était organisée ce dimanche par un particulier, Richard Laurent, qui a eu envie de se mobiliser.

Des documents sur lesquels s'appuyer durant les discussions

Dans son salon les chaises et fauteuils sont installés en cercle, le feu crépite dans la cheminée, des crêpes sont prêtes pour être dégustée après les discussions. Richard et sa compagne Florence terminent les derniers préparatifs et passent en revue les nombreux documents qu'ils ont imprimé : "J'ai la lettre du président pour ceux qui voudraient s'en inspirer, des données de l'Insee, des fiches territoriales." énumère Richard : "Beaucoup de papier et puis d'autres à prendre directement sur le site web."

De quoi s'informer avant de discuter des quatre thèmes : l'organisation de l'État et des services publics, la démocratie et la citoyenneté, la fiscalité et les dépenses publiques et la transition écologique. En plus, l'organisateur a tenu à ajouter les questions de l'Europe et de l'éducation, absentes selon lui.

"J'ai des réserves sur la finalité, sur la prise en compte de notre opinion"

L'hôte est enthousiaste, il a immédiatement eu envie d'organiser des réunions et d'inviter des gens des alentours à ces discussions. Contrairement à sa compagne : "En tant que gilet jaune, je pense qu'elle se disait que ça ne servait à rien" commence Richard. "J'ai des réserves sur la finalité, sur la prise en compte de notre opinion" détaille Florence. 

France Bleu Orléans a suivi les préparatifs de la réunion

Il a fallu plusieurs jours à Richard pour tout mettre sur pied : trouver les documents, réfléchir à l'organisation, et surtout communiquer autour de sa réunion. Pour cela il a publié l’événement sur le site du Grand débat et a également créé une page Facebook. Huit personnes ont été attirées, tout le monde ne se connaissait pas forcément.

Le débat a duré plus de trois heures. - Radio France
Le débat a duré plus de trois heures. © Radio France - Cyrille Ardaud

Au total, les discussions ont duré trois heures, et il n'a pas été toujours évident de s'écouter. Chacun forcément veut amener sur la table les sujets qui l'intéressent. Gérard Charbonnier a par exemple ses thèmes de prédilection : "Le pouvoir d'achat, les retraites, la formation des jeunes, pourquoi on a 3 millions de chômeurs en France..."

"C'est trop confus, on parle de tout, ce n'est pas structuré."

Alors il faut bien l'avouer, tous ne s'écoutent pas forcément. Les sujets s’enchaînent : les retraites, les impôts, la finance, les médias, la société de consommation... Pour Michel Perrier, retraité : "C'est trop confus, on parle de tout, ce n'est pas structuré. J'aimerais qu'il y ait des propositions concrètes !" Il a beau essayé de recentrer le débat, il a un peu de mal. D'autant que Richard Laurent lui-même, l'organisateur a un peu de mal entrer dans son rôle de modérateur : "J'aime bien quand ça débat de cette façon là. Il n'est pas question de tenir les discussions, là je participe et je fais participer tout le monde."

Il le reconnaîtra tout de même à la fin de la réunion, il aurait peut-être dû poser quelques règles, des temps de parole par exemple. Les participants quant à eux ont décidé de réfléchir à des propositions concrètes sur chaque thème. Ils doivent se retrouver ce week-end pour les mettre en commun.

France Bleu Orléans a suivi les discussions

"Notre démarche étant indépendante de celle du gouvernement, vos propositions n'ont pas vocation à être communiquées aux autorités."