Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

A Rennes, une centaine d'Algériens disent "y'en a marre" à Bouteflika

dimanche 10 mars 2019 à 16:10 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Armorique

Une partie de la communauté algérienne s'est rassemblée ce dimanche 10 mars place de la République à Rennes pour contester, elle aussi, la nouvelle candidature du président Bouteflika.Plus d'une centaines de personnes ont répondu présente.

Plus d'une centaine de personnes ont participé au rassemblement.
Plus d'une centaine de personnes ont participé au rassemblement. © Radio France - Benjamin Fontaine

Ils veulent soutenir leur famille ou leurs amis restés en Algérie. Ce dimanche 10 mars, pour la deuxième fois depuis le début du mois de mars, plus d'une centaine d'Algériens se sont rassemblés place de la République à Rennes pour dire "non" à la candidature d'Abdelaziz Bouteflika. La volonté du président de réaliser un cinquième mandat à la tête du pays a créé une vague de contestation en Algérie.

"Les jeunes se libèrent et se mobilisent" - Ilyes, étudiant

"Y'en a marre de ce pouvoir" ont chanté les manifestants sur la place de la République. "Il faut que tout ce système disparaisse. On ne veut plus de Bouteflika ni de ses proches au pouvoir. Il faut une renaissance," insiste un homme au milieu de la foule. Parmi ces manifestants, Lisa et Ilyes, deux étudiants rennais nés en France. Une partie de leur famille vit encore en Algérie. "Je suis heureux de voir que mon pays est en train de se bouger. Je vois que les jeunes se libèrent et se mobilisent. On veut les soutenir comme on peut depuis la France," explique Ilyes. "La génération des années 90 a vécu les années Bouteflika et veut se soulever contre le système qu'il estime pourri. Il faut de vraies élections," ajoute Lisa. 

Certains manifestants appellent aussi le président Macron à prendre position. "La France en tant que pays étranger, pas en tant qu'ancien pays colonisateur doit dire non à ce président, comme elle a pu le faire avec le Vénézuela," s'indigne Meriem Mettouchi, présidente de l'association culturelle des Berbères de Bretagne. Incertains quant à l'avenir de leur pays, les manifestants pourraient se retrouver régulièrement jusqu'aux élections prévues le 18 avril.