Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On a repris du poil de la bête" : en Corrèze, les écologistes lancent leur deuxième campagne des régionales

-
Par , France Bleu Limousin

Après l'annonce tonitruante d'Alain Rousset de ne pas faire d'alliance avec les écologistes, les candidats en Limousin continuent de se mobiliser pour obtenir le score le plus favorable pour eux. Et se disent déjà prêt pour être une force "libre" d'opposition s'il le faut.

Les deux candidats de gauche s'écharpent à quelques jours du second tour des régionales
Les deux candidats de gauche s'écharpent à quelques jours du second tour des régionales © Maxppp - Guillaume Bonnaud

"On a repris du poil de la bête." Amandine Dewaele, la tête de liste départementale d'Europe-Ecologie-les-Verts est prête à repartir au combat. Il faut dire que le verdict du premier tour n'a pas été mauvais, selon elle. "On a fait 12%, donc on a déjà plus que doublé notre score de 2015 (ndlr : 5,60%)" rappelle la guide-nature. 

Néanmoins, la Corrézienne reste encore abasourdie de ce coup de tonnerre : la non-fusion entre écologistes et socialistes. "Pendant ces heures de pseudos-négociations, on a pas compris ce qu'il se passait. On a pas vu venir Alain Rousset, qui finalement ne souhaitait pas partir avec nous". Une fois la surprise passée, c'est la combatitivité qui fait place.

 "On est fier de partir seuls"

Plus de démocratie participative au programme

Néanmoins, les jeux ne sont pas encore fait. En Haute-Vienne, Nicolas Thierry (et sa tête de liste Jean-Louis Pagès) récolte 11,69% des voix, plus qu'en Creuse (9,75%) et en Corrèze (9,87%). 4e force politique, la campagne qui est relancée ce mardi s'adresse vers plusieurs groupes : les jeunes abstentionnistes, "car il y a une énorme quantité de jeunes qui ne votent pas. Nous avons une proposition démocratique" jure Amandine Dewaele. C'est aussi les "gilets jaunes", puisque que les écologistes veulent "mettre en place de la démocratie participative, avec les RIC (Référundum d'Initiative Citoyenne. _Ce n'est pas avec les vieux partis corréziens de gauche ou droite qu'on va renouveler notre vie démocratique_". Enfin, la Corrézienne n'oublie pas non plus les socialistes déçus de ce non-accord.  

Mais quelle place les écologistes auront une fois dans l'hémicycle ? Il y a, ce mardi, la tentation de siéger dans l'opposition, selon le nombre de sièges. Le pari est aussi celui de jouer l'arbitre, si les socialistes n'obtiennent pas une majorité claire. "Nous serons libres" reconnait Amandine Dewaele, "on pourra travailler à fond et mettre la pression pour aller dans le bon sens."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess