Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

A six mois des municipales, une seule liste officiellement lancée au Mans

-
Par , France Bleu Maine

Les ambitions ne manquent pas au Mans dans la perspective des élections municipales (15 et 22 juin 2022). Mais à six mois de l'échéance, une seule liste a été présentée. Et encore, de manière partielle. Tour d'horizon des prétendants.

L'hôtel de Ville du Mans
L'hôtel de Ville du Mans © Radio France - France Bleu Maine

Le Mans, France

De gauche à droite en passant par La République en Marche, les prétendants commencent à se faire connaître. Chaque liste devra rassembler 55 noms pour les élections municipales dont le premier tour est fixé le dimanche 15 mars et le second tour le dimanche 22 mars 2020

La gauche voit loin 

Le maire actuel, Stéphane Le Foll (PS), qui a succédé à Jean-Claude Boulard (PS puis soutien d'Emmanuel Marcon) après son décès en juin 2018, fera connaître sa réponse fin novembre. Rien, aujourd'hui, n'indique qu'il ne sera pas candidat. Mais dans cette hypothèse, partira-t-il seul, ou bien dans le cadre d'une liste "plurielle" comme l'avait fait son prédécesseur les trois dernières fois en intégrant Europe Ecologie Les Verts et d'autres composantes de la gauche? C'est l'une des questions qui devrait être tranchée dans les prochaines semaines. Les Verts, forts de leurs bons résultats aux élections européennes, affichent leurs ambitions. Ils donneront leur décision mi-octobre. 

A gauche, il faudra aussi compter avec Marietta Karamanli, l'actuelle députée socialiste de la deuxième circonscription de la Sarthe, conseillère municipale et communautaire qui a monté, elle aussi une association en octobre 2018. Présente sur le terrain, répétant qu'elle travaille, elle cache de moins en moins sa volonté de se lancer dans la course. 

La République En Marche voit double 

A six mois du scrutin, c'est La République en Marche qui a le plus avancé ses pions avec deux associations parrainées chacune par l'un des deux députés du parti fondé par Emmanuel Macron (Pascale Fontenel-Personne et Damien Pichereau). L'une d'elles (celle fondée par l'élue de la troisième circonscription) a déjà dévoilé sa tête de liste : Audrey Dolo-Canal ainsi que neuf premiers noms. Le parti LREM, lui, est censé donner son investiture courant décembre. 

Les Républicains voient flou

A droite, Les Républicains sont toujours à la recherche de la perle rare, puisque Christelle Morançais, distancée par Jean-Claude Boulard de seulement 1.500 voix en 2014 ne repart pas : elle reste présidente de la Région. Mais c'est elle, dit-on de source interne, qui est à la manœuvre pour bâtir la liste, avec l'appui du président du département, Dominique Le Mener, notamment. Les Républicains n'ont officiellement pas arrêté de calendrier. La désignation de leur tête de liste devrait toutefois intervenir avant la fin de l'année.

Le Rassemblement National voit large 

Le Rassemblement National qui avait participé à la triangulaire du second tour lors des dernières municipales en 2014 a lancé une association avec un ancien élu Les Républicains au conseil Municipal. La volonté du RN est de réaliser au Mans "l'union des droites" et de séduire des habitants au delà de son socle électoral habituel. 

Choix de la station

France Bleu