Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Prélèvement à la source : Gérald Darmanin se dit "serein" avant son rendez-vous décisif avec Emmanuel Macron

lundi 3 septembre 2018 à 16:23 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu

"Un esprit très serein" : voilà comment se qualifie Gérald Darmanin. Le ministre de l'Action et des Comptes publics est attendu en fin de matinée, ce mardi, par le président Emmanuel Macron et le premier ministre Edouard Philippe, pour une réunion décisive au sujet du prélèvement à la source.

Gérald Darmanin et ses anciens administrés, sur la braderie de Tourcoing, ce lundi
Gérald Darmanin et ses anciens administrés, sur la braderie de Tourcoing, ce lundi © Radio France - Cécile Bidault

Tourcoing, France

Le sort du prélèvement de l'impôt à la source sera-t-il scellé ce mardi 4 septembre ? En fin de matinée, le président Emmanuel Macron reçoit le premier ministre Edouard Philippe, et l'artisan de cette réforme, le Nordiste Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics.

La réforme doit être mise en œuvre en janvier, vous avez d'ailleurs tous déjà reçu le fameux taux d'imposition qui s'appliquera directement sur votre fiche de paie. Mais le président de la République a émis des doutes, et pourrait rendre son arbitrage ce mardi.

Ministre, ça veut dire serviteur" - Gérald Darmanin

Ce lundi, 24 heures avant ce rendez-vous décisif, Gérald Darmanin a passé la matinée à Tourcoing (Nord) : rentrée des classes, puis braderie dans le centre-ville : "J'ai un esprit très serein", nous a affirmé le ministre, "je n'ai pas de crainte, je suis ministre, je fais ce qu'on me dit de faire, si j'ose dire. Le président, lors d'une réunion prévue de très longue date, me posera des questions, ce qui est légitime. Ministre, ça veut dire serviteur : je sers le président de la République et sa politique. Soit je le convaincs, et il fera l'impôt à la source, soit je ne le convaincs pas, et ce sera une erreur du ministre. Il ne faut pas en tirer d'autres conclusions".

Pas de démission en vue

Mais malgré ses efforts de persuasion, si le prélèvement est encore reporté, Gérald Darmanin affirme ne pas avoir l'intention de quitter le gouvernement : "Je n'ai pas à marchander ma position au gouvernement, c'est le président qui choisira - il y a un remaniement - de ne pas me maintenir, de me demander de partir ou de me changer de poste. C'est lui qui a été élu, c'est lui d'ailleurs qui répondra devant les Français à la fin de son quinquennat, ce ne seront pas ses ministres".

Gérald Darmanin : "je n'ai pas de craintes"

Bugs techniques et réticence du Medef

Interrogé sur les bugs techniques du système révélés par le journal le Parisien ce samedi, Gérald Darmanin affirme qu'il s'agit de "moins d'1% des cas" en février dernier. "C'est pour ça qu'on fait des tests ! Pour améliorer les choses".

Quant aux réticences du Medef et de son président, Geoffroy Roux de Bézieux, le ministre affirme : "C'est une réforme pour les salariés, pas pour le patronat".

Ancrage local

En déambulation dans la braderie de Tourcoing, Gérald Darmanin, qui a l'intention de mener la bataille des municipales dans sa commune,  veut montrer que son ancrage local est primordial, sur tous les sujets, y compris le prélèvement à la source : "C'est quelque chose de positif, particulièrement pour l'élu de Tourcoing. Juste à côté de chez nous, en Belgique, ça fait très longtemps qu'ils le font. Quand je vois le nombre de Français qui travaillent en Belgique et qui me disent combien c'est pratique, c'est un argument supplémentaire".

Reportage France Bleu Nord : Gérald Darmanin sur la braderie de Tourcoing