Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Municipales en Franche-Comté : les Carnets de campagne de France Bleu Belfort Montbéliard

Municipales à Trévenans : le maire sortant fait face à ses quatre adjoints

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les quatre adjoints de Trévenans présentent une liste contre leur maire, condamné à 5 ans d'inéligibilité pour violences conjugales. Choqué par ce jugement, les adjoints ont proposé à Pierre Barlogis de figurer en retrait sur la liste, en attendant la décision d'appel. Refus de l'intéressé.

La mairie de Trévenans
La mairie de Trévenans © Radio France - Christophe Beck

Configuration inédite pour la campagne municipale de Trévenans dans le Territoire de Belfort. Le maire sortant, Pierre Barlogis, fait face à une liste emmenée par ses quatre adjoints, dont le premier d'entre eux, Sébastien Gorjup, en tête de liste.  

Pourquoi un tel face-à-face ? En décembre dernier, le maire sortant a été condamné pour violences conjugales à 24 mois de prison dont huit ferme et cinq ans d'inéligibilité.  Pierre Barlogisa fait appel de ce jugement. L'appel étant suspensif, il peut et souhaite se présenter au suffrage de ses administrés.  

Ce qui n a pas été du goût d'une grande partie de son équipe qui, choqué par ce jugement (même provisoire) aurait préféré qu'il se mette en retrait, quitte à revenir si l'appel le "blanchit".  Ils contestent toute ambition personnelle. "Pour nous, les quatre adjoints, il était impossible d'associer notre nom avec celui du maire sortant en tête de liste. C'est une question morale. Nous lui avons donc proposé de figurer sur une position en retrait, en attendant la décision d'appel", explique Sébastien Gorjup, premier adjoint et tête de l'autre liste. 

"Il y a un risque d'inéligibilité qui le rendrait démissionnaire d'office", explique Sébastien Gorjup

"Cette proposition était aussi destinée à le protéger, en montrant au juge d'appel qu'il avait préféré se mettre en retrait en attendant cette décision," renchérit Nathalie Rosselot, autre adjointe de Trévenans. .   

"C'est une affaire familiale, comme dans des milliers de foyers français" justifie le maire Pierre Barlojis

Colère de l’intéressé pour qui cette affaire relève d'une affaire privée. Il considère cette proposition de figurer en retrait sur la liste de ses adjoints comme une attaque personnelle. "Leur proposition ne me convient pas, parce qu'ils me proposent une place à l'arrière alors que mon travail à la tête de la commune a été salué par tous, y compris par ces quatre adjoints", explique Pierre Barlogis. "C'est une affaire familiale. Avec mes enfants qui me soutiennent, j'ai fais appel. L'appel était suspensif, j'ai souhaité briguer un deuxième mandat".  

"Nous avons proposé au maire de se mettre en retrait" explique Sébastien Gorjup

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu