Politique DOSSIER : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

A45 : Gaël Perdriau sonne la mobilisation générale "pour que le gouvernement comprenne que c'est non négociable"

Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 26 septembre 2017 à 21:20

Le maire de Saint-Etienne rencontrait ce mardi le Premier ministre Edouard Philippe pour défendre le projet de l'A45.
Le maire de Saint-Etienne rencontrait ce mardi le Premier ministre Edouard Philippe pour défendre le projet de l'A45. © Radio France - Yves Renaud

Gaël Perdriau rencontrait ce mardi le Premier ministre Edouard Philippe, à Paris, pour défendre le dossier de l'A45. Le chef du gouvernement a annoncé qu'il repoussait la décision finale, sans donner de date. Le maire de Saint-Étienne appelle à la "mobilisation générale".

La rencontre n'a pas eu le résultat attendu. Gaël Perdriau n'a pas réussi mardi à convaincre le chef du gouvernement, Edouard Philippe, de valider la construction de l'A45. Et ce alors que le Premier ministre dit "qu'il n'y a pas de remise en cause à la fois du fondement de l'autoroute, ni même de son utilité, mais tout simplement des questions budgétaires ", explique le maire de Saint-Étienne.

Une "mobilisation générale", car l'A45 est "non négociable"

Edouard Philippe a annoncé un report de la décision finale, sans donner de date précise. Le 11 octobre toutefois, Gaël Perdriau, Bernard Bonne et Laurent Wauquiez rencontreront Elisabeth Borne, la ministre des Transports : "Elle devrait nous en dire plus, mais j'avoue que j'en doute beaucoup. Si je sonne la mobilisation générale, c'est que, pour le 11 octobre, nous venions avec le soutien de nos concitoyens, des milieux économiques et politiques, pour que le gouvernement comprenne que c'est non négociable", explique Gaël Perdriau.

C'est la parole de l'Etat qui est trahie, quelle confiance peut-on maintenant avoir dans la parole de l'Etat, dans les engagements du gouvernement ?" - Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne

Gaël Perdriau considère que le gouvernement s'est engagé il y a trois ans à valider le projet : "C'est la parole de l'Etat qui est trahie, quelle confiance peut-on maintenant avoir dans la parole de l'Etat, dans les engagements du gouvernement ?" , lance-t-il excédé. Ce nouveau report, c'est le risque d'un abandon pur et simple du projet A45, puisque la Déclaration d'Utilité Publique prend fin en 2018. Alors le temps est compté pour les défenseurs du dossier. Et le maire de Saint-Étienne est prêt à faire des propositions au gouvernement pour régler cette question budgétaire : "Ça peut être une garantie par les collectivités locales de l'emprunt que pourrait faire l'Etat pour financer l'autoroute ... Mais c'est peut-être aussi au gouvernement de faire des propositions, pour tenir son engagement je le rappelle."